La fable d'Esope (ou plus tard celle de La Fontaine) avait tout faux : sur une longue course, la tortue triompherait contre le lièvre. Et c'est une étude originale qui vient d’être publiée...

Illustration
Illustration © Getty / 2011ust / Multi-bits

Sur une courte distance, le lièvre l’emporte évidemment sur la tortue. Mais si on fait la moyenne sur toutes leurs vies, c'est différent...

C'est du moins ce que montrent les recherches d'Adrian Bejan, de l’université de Duke à Durham, aux États-Unis. Le chercheur a pris en compte la vitesse de plusieurs animaux, et les plus rapides sont les plus lents si on fait la moyenne de leurs déplacements pendant toute leur vie. 

Par exemple, les animaux de pâturage bougent tout le temps… Mais un prédateur, comme le loup, passe la majeure partie de sa vie au repos ou immobile, guettant  sa proie du coin de l’œil.

Ce chercheur, qui est ingénieur en mécanique, pense avec ses travaux être en mesure de prédire l’évolution de la conception des futurs avions. Il a remarqué que plus la taille d’un avion augmente, plus sa vitesse augmente. Sa théorie fonctionne pour tous les aéronefs, sauf pour l’avion de chasse, qui est en quelque sorte le « lièvre » de l’aéronautique.

Aller plus loin

► ECOUTEZ Chaque samedi et dimanche à 6h15, rendez-vous avec Fabienne Chauvière pour Les Savanturiers

LIRE l'étude d'Adrian Bejan dans Scientific reports (en anglais) : "Les animaux et les véhicules les plus rapides ne sont ni les plus grands ni les plus rapides au cours de leur vie" (27 août 2018)

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.