Passionnée par la recherche fondamentale sur le cerveau, la neurobiologiste Catherine Vidal était l'invitée d'Elodie Font pour son émission "Chacun sa route". Elle explore et vulgarise le rôle de la plasticité cérébrale dans l'élaboration des comportements et des aptitudes de chaque personne.

Les différences entre le cerveau des hommes et des femmes existent mais pas du fait du genre
Les différences entre le cerveau des hommes et des femmes existent mais pas du fait du genre © Getty / Wenmei Zhou

Au cours de sa carrière, Catherine Vidal constate que parfois, même dans les revues scientifiques très sérieuses, les données scientifiques sont interprétées comme étant le reflet de différences qui seraient données par la nature. 

Les garçons seraient ainsi plus doués pour les maths, les sciences, la compétition... tandis que les filles seraient plus douées pour l'aptitude au langage, pour être multitâches ou pour l'empathie. 

De ce constat, elle tire la conclusion suivante : 

Quand on est scientifique, il existe aussi des biais idéologiques qui peuvent influencer les interprétations et les conclusions des chercheurs.

Elle a donc tout naturellement décidé d'exercer un regard critique sur un certain nombre d'idées reçues qui très souvent se retrouvent dans les médias. 

Les femmes sont-elles vraiment multitâches ? 

S'occuper du ménage, des enfants, de la cuisine, de son travail, est en effet l'illustration d'une capacité à être multitâches. Mais comme le rappelle Catherine Vidal, "tout le monde est en réalité multitâches, en permanence, dans toutes nos activités." 

En revanche, elle ne manque pas de souligner que ce qui est l'apanage des femmes c'est la double vie : assurer à la fois dans la sphère privée comme professionnelle. 

Quelles différences entre les cerveaux des hommes et ceux des femmes ? 

Nos cerveaux, dès la naissance, sont très peu développés. Nous avons environ 100 milliards de neurones. Et après la naissance, ces neurones vont cesser de se multiplier. Le cerveau d'un bébé qui vient de naître n'est pas du tout terminé, parce que les connexions entre les neurones sont à peine entamées. 

L'immense majorité de ces connexions vont se fabriquer après la naissance, en interaction avec l'environnement familial, social, culturel. 

Il y a dans la société ce qu'on appelle des normes du masculin et des normes du féminin qui vont influencer le développement de l'enfant.

Mais il y a aussi l'influence de la famille, de l'école, des médias. 

Il existe beaucoup de différences entre les cerveaux des hommes et les cerveaux des femmes, comme il y a tout autant de différences entre les cerveaux d'un groupe d'hommes et les cerveaux d'un groupe de femmes. 

La différence ne se fait pas forcément parce qu'on est un homme ou une femme, mais plutôt parce qu'on est CET homme ou CETTE femme. "Ce sont les expériences de vie propres à chacun qui font les différences". 

Plasticité cérébrale et orientation sexuelle

La neurobiologiste souligne, plus tard dans l'entretien, que le fait de faire des différences ne permet pour autant pas de savoir quelle est leur origine. Du fait de la plasticité cérébrale (capacité de notre cerveau à remodeler ses connexions en fonction de l'environnement et des expériences vécues), on ne peut affirmer qu'il existerait un programme génétique qui orienterait notre cerveau de telle ou telle façon. 

Si chez des personnes adultes, on voit des différences entre les cerveaux, ça ne veut pas du tout dire que les différences qu'on observe étaient présentes depuis la naissance, ni même d'ailleurs qu'elles vont y rester gravées. 

Si on veut montrer des différences, on en trouvera toujours. Mais comment les interpréter ?

Dans le cas de la sexualité humaine, elle est caractérisée par une grande hétérogénéité quoiqu'il arrive, car elle est faite du parcours de vie de tout un chacun. Se poser la question de l'inné ou de l'acquis dans le cas de l'homosexualité ne peut ainsi trouver de réponses. 

Jusqu'à présent, aucune étude n'a montré qu'il y avait un gène qui pouvait être à l'origine de telle ou telle orientation sexuelle.

Aller plus loin

🎧 Écoutez l'interview de Catherine Vidal dans son intégralité. 

🎧 Écoutez "Parlez-vous cerveau ?", pastilles radiophoniques du neurologue Lionel Naccache 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.