Le Conseil scientifique a rendu mardi son 22e avis au gouvernement, avis rendu public ce vendredi. En plus du couvre-feu généralisé à 18h, le Conseil scientifique aurait souhaité une "limitation des déplacements interrégionaux" et un confinement localisé.

Le Conseil scientifique espérait une restriction des déplacements inter-régionaux
Le Conseil scientifique espérait une restriction des déplacements inter-régionaux © AFP / dpa Picture-Alliance / Frank Hoermann / Sven Simon

Après les rassemblements festifs de fin d'année, on enregistre en moyenne 18 000 cas confirmés par jour. Augmentation dans toutes les tranches d'âge, mais plus marquée chez les moins de 20 ans, selon les chiffres de Santé publique France. L'objectif est donc de réduire les contacts sociaux et c'est à cela que doit servir le couvre-feu généralisé à 18h, qui entre en vigueur ce samedi, l'une des mesures contenues dans l'avis du Conseil scientifique remis au gouvernement.

Pour le Conseil, le couvre-feu pouvait être associé - mais ça ça n'a pas été retenu - à un confinement dans les régions ou métropoles les plus à risques. Pas retenue non plus la mise en place d'une limitation des déplacements entre régions.

Globalement, le conseil qualifie la situation de préoccupante 

Le variant anglais, qui devrait se développer dans les semaines qui viennent, préoccupe le Conseil. Les scientifiques donnent quelques chiffres de modélisation : compte tenu de son taux de transmission, ce variant pourrait représenter entre 2 et 12% des cas, le 1er février, et entre 12 et 64% des cas, le 1er mars.

Le Conseil a toutefois été suivi par le gouvernement sur un autre aspect : ne pas fermer les écoles. Mais il recommande une surveillance très active. Ainsi s'il y a un cas de variant, c'est toute la classe qui doit être fermée et, en cas de dégradation de la situation sanitaire, il estime que ce sont les collèges et les lycées qu'il faudrait fermer en priorité.

Enfin, en ce qui concerne les frontières, le variant est déjà là, mais on peut ralentir sa diffusion via le Royaume Uni, l'Irlande ou l'Afrique du Sud, retient le Conseil, grâce à une politique très stricte de tests et d'isolements lors d'une arrivée en France. Essayer de ne pas "trop" se faire rattraper. L'avis du Conseil s'intitule d'ailleurs : "Entre variants et vaccins : une course contre la montre ".