Les travaux sur les lasers et l'optique de Arthur Ashkin, de Gérard Mourou et de Donna Strickland, ont été récompensés du Nobel de physique pour des découvertes réalisées il y a plus de 30 ans, qui sont aujourd'hui appliquée, dans la chirurgie de l'œil par exemple.

Le prix Nobel de physique a été attribué pour moitié à l'Américain Arthur Ashkin et pour l'autre moitié au Français Gérard Mourou et à la Canadienne Donna Strickland, pour leurs travaux sur les lasers et l'optique.
Le prix Nobel de physique a été attribué pour moitié à l'Américain Arthur Ashkin et pour l'autre moitié au Français Gérard Mourou et à la Canadienne Donna Strickland, pour leurs travaux sur les lasers et l'optique. © AFP / Hanna FRANZEN / TT News Agency

Ce sont des découvertes qui datent d'il y a plus de 30 ans mais qui sont aujourd'hui intégrées dans notre vie quotidienne, notamment en santé.

D'un côté, Arthur Ashkin, 96, devient le lauréat le plus âgé, toutes catégories confondues, du Nobel. Il est récompensé "pour ses pinces optiques et leur application aux systèmes biologiques". Ces pinces servent à piéger des objets de petite dimension comme des molécules à l'aide d'un faisceau laser. Grâce à ces pinces, on peut maintenant manipuler des bactéries sans les détruire ou les abîmer, ce qui permet d'explorer le vivant à des échelles toujours plus petites.

Découverte fortuite de la correction de la myopie au laser

De son côté, le Français Gérard Mourou, 74 ans, il a inventé avec son étudiante, la canadienne Donna Strickland, la technique d'amplification des lasers, appelée "Chirped Pulse Amplification (CPA)". Cela permet de générer des impulsions ultra courtes de très haute puissance. C'est cette puissance derrière laquelle il a toujours couru, encadrant des équipes qui ont monté des lasers flirtant avec le térawatt, autrement dit l'équivalent de la puissance produite par 1000 centrales nucléaires.

C'est par hasard, quand un jour un étudiant a été touché à l'œil par un laser, sans dommage, qu'il a compris une des applications aujourd'hui phare : la chirurgie de l'œil. Aujourd'hui, des millions de personnes ont bénéficié de son invention pour corriger la myopie ou la cataracte. 

Le physicien s'est plus récemment rapproché du musée du Louvre, qui utilise aussi des lasers pour analyser des objets archéologiques. Il a proposé aussi d'utiliser ses découvertes sur la physique du vide et des trous noirs pour détruire les débris spatiaux. 

Un dernier mot pour Donna Strickland qui partage ce Nobel. Elle est la troisième femme seulement dans l'histoire à décrocher cette distinction en physique.

© Visactu
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.