Développé depuis 2016 par une équipe internationale de scientifiques, Sea Hero Quest est un jeu de réalité virtuelle qui pourrait permettre de détecter les personnes à risque, avant que la maladie ne se déclare chez elles. Explications.

Dans Sea Hero Quest, le joueur incarne un capitaine de bateau
Dans Sea Hero Quest, le joueur incarne un capitaine de bateau © Capture d'écran Sea Hero Quest

"On incarne le capitaine d'un petit bateau qui doit retrouver les souvenirs égarés de son père." Antoine Coutrot est chercheur en sciences cognitives au CNRS. Basé au laboratoire des sciences numériques à Nantes, il fait partie du groupe de scientifiques qui travaille depuis 2016 sur Sea Hero Quest. Ce jeu de réalité virtuelle, simple et graphique, consiste à se déplacer à l'aide d'une carte qu'il faut mémoriser au préalable. Le but : évaluer les capacités d'orientation des joueurs. 

Le jeu consiste à mémoriser le tracé via cette carte, puis à atteindre le "checkpoint" sans la carte
Le jeu consiste à mémoriser le tracé via cette carte, puis à atteindre le "checkpoint" sans la carte / Capture d'écran Sea Hero Quest

"_La perte d'orientation est l'un des premiers symptômes de la maladie d'Alzheimer_, explique Antoine Coutrot. Nous regardons les trajectoires obtenus par chaque joueur sur tous les niveaux du jeu, et nous l'interrogeons aussi sur son profil démographique : âge, sexe, nationalité, niveau d'éducation... On  sait que ces facteurs ont un rôle important sur la façon dont les gens s'orientent dans l'espace."

Détecter les personnes à risque en fonction de leurs performances au jeu

L'idée à long terme : utiliser le jeu comme un test qui aiderait au diagnostic de la maladie. En 2018, une première étude compilait les données des quatre millions de joueurs ayant participé, fournissant ainsi une base de travail colossale aux experts. Aujourd'hui, les chercheurs ont affiné leurs recherches en étudiant le génotype des participants. "Nous nous sommes intéressés au gène APoE. 75 % de la population sont porteurs d'une version "normale", mais une petite partie de la population est porteuse d'une variante, E3E4, qui rend trois à quatre fois plus susceptible de développer Alzheimer", explique Antoine Coutrot. Et les résultats étaient sans appel. 

Les gens porteurs du gène à risque étaient bien moins bon à Sea Hero Quest que le reste des joueurs. Donc ce jeu, même si les gens n'ont aucun symptôme, permet d'aider à poser un diagnostic précoce sur le risque de développer Alzheimer.

Ces résultats ouvrent des perspectives très encourageantes sur le traitement d'Alzheimer, mais pas seulement. "Le sens de l'orientation est impliqué dans plein de pathologies, notamment toutes celles liées à la mémoire", détaille Antoine Coutrot. Actuellement, une trentaine de projets parallèles utilisent la base de données de Sea Hero Quest.

Sea Hero Quest est disponible sur Oculus.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.