À l'occasion de la journée de la méningite ce 24 avril, des infectiologues lancent un appel pour que la vaccination contre le méningocoque B soit, sinon obligatoire, au moins recommandée. Ce méningocoque est responsable de près des 2/3 des méningites bactériennes. Or la maladie peut être létale dans 20 à 30 % des cas.

Vaccination contre la méningite à l'université de Dijon en 2017
Vaccination contre la méningite à l'université de Dijon en 2017 © AFP / Philippe Desmazes

Contrairement au méningocoque C, dont la vaccination est devenue obligatoire pour les nourrissons nés à partir du 1er janvier 2018, la vaccination contre le méningocoque B n'est, elle, toujours pas dans le calendrier vaccinal. Or la maladie peut être létale (dans 15 à 20% des cas) ou laisser à l'enfant des séquelles graves (20 à 30% des cas). Elle est aussi responsable de près de deux cas de méningites bactériennes sur trois.

Les publics les plus exposés à ces méningites bactériennes, qui peuvent être foudroyantes, ce sont les nourrissons et les enfants de moins 4 ans, mais aussi les adolescents...

Chef des urgences pédiatriques à l'hôpital Lenval de Nice, le docteur Hervé Haas constate, impuissant, des cas dramatiques aux urgences. "On a eu récemment un enfant de 18 mois à qui il a fallu faire une amputation d'une jambe et de tous les doigts d'une main", explique-t-il. "Ils avaient été détruits par l'infection."

Vaccin facultatif pour l'infection la plus fréquente

En France, le vaccin contre le méningocoque C est devenu obligatoire en 2018, avec une première injection à cinq mois, et un rappel à un an. Mais ces méningites-là ne représentent que 25% des cas : en France, la plupart des infections sont des méningocoques B. C'est donc sur elles aussi et surtout que la vaccination devrait mettre l'accent.

Pour Hervé Haas, l'exemple à suivre c'est la Grande-Bretagne, qui vaccine massivement les bébés depuis trois ans, et où le nombre de cas aurait déjà été réduit de moitié : "Ils vaccinent tous les enfants de moins de deux ans avec une remarquable efficacité. Et la discussion est en cours pour vacciner les enfants de deux à cinq ans."

Les infections invasives à méningocoque sont relativement peu communes en France : 546 cas enregistrés en 2017, à l'origine de 62 décès (selon des données de Santé publique France). Au-delà des méningites B et C, les méningites W et Y sont encore très rares mais progressent d'année en année.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.