La surface de glace hivernale s'est réduite de 100 000 km², l'équivalent d'un pays comme l'Islande. Une baisse continue depuis trois ans : du jamais vu depuis 1979.

La surface glacée de l'Arctique se réduit continuellement depuis trois ans.
La surface glacée de l'Arctique se réduit continuellement depuis trois ans. © Reuters / NASA

La banquise de l’océan arctique n’a jamais été aussi peu étendue. Les glaces sont à leur plus bas niveau depuis 38 ans. Cela fait trois ans d’affilé que la surface de glace se réduit, une première depuis le début des mesures par satellites en 1979. La banquise hivernale de l'Arctique atteignait 14,42 millions de km² au 7 mars 2017, soit 100 000 km² de moins qu’en 2016, l'équivalent d'un pays comme l'Islande.

La banquise pourrait disparaître d'ici 2050

La nouvelle n’étonne malheureusement pas les spécialistes du National Snow and Ice Data Center (NSIDC) : cela fait aussi trois ans d'affilé que la température du globe ne cesse d'augmenter. 2016 a été l’année la plus chaude jamais enregistrée sur la planète, du jamais vu depuis 1880. En plus d’être réduite en superficie, la glace est aussi moins épaisse. C’est ce que nous apprennent des données du satellite CryoSt-2 de l’Agence spatiale européenne (ESA). Des mesures effectuées par des scientifiques de l’Université de Washington montrent également que le volume des glaces est anormalement bas pour la saison alors que le dégel n’a pas encore commencé.

► À LIRE : Des déchets insoupçonnés au fond de l'Arctique

"Commencer le début de la saison du dégel avec des glaces aussi peu épaisses laisse prévoir la possibilité d'un nouveau record d'étendue minimale de la banquise en septembre", souligne Julienne Stroeve, une scientifique du NSIDC. Une commission d'experts des Nations Unies a estimé que la banquise de l'Arctique risquait même de disparaître, durant l'été, d'ici 2050, si le volume des émissions de gaz à effet de serre continue d'augmenter.

Jean-François Julliard, directeur général de l'association Greenpeace France depuis 2012 est aussi pessimiste.

Ll'évolution des glaces en mer Arctique

Dans le même temps, la mer monte en Chine

Autre conséquence du réchauffement exceptionnel en 2016 : d’après l’Administration océanique nationale chinoise, le niveau moyen de la mer en Chine est monté de 38 millimètres par rapport à 2015. En temps normal, le niveau de la mer sur les côtes chinoises monte en moyenne de 3,2 millimètres par an depuis 1980. La température augmente elle aussi : en moyenne de 0,21 degré Celsius tous les dix ans, entre 1980 et 2016.

► ÉCOUTER : Les eaux du globe se réchauffent plus vite que prévu

L'année 2016 a été la plus chaude de l'ère industrielle.
L'année 2016 a été la plus chaude de l'ère industrielle. © Visactu /
La baisse des glaces en Arctique
La baisse des glaces en Arctique © Visactu /
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.