Le réveil de l'Espace doit à nouveau sonner ce vendredi à près de 700 millions de kilomètres de la Terre. Un peu plus de deux mois après Rosetta, c'est le passager de la sonde européenne qui doit être réveillé. Il s'agit du robot Philae.Sa mission : se poser sur une comète.

L'heure du réveil a sonné pour Philae
L'heure du réveil a sonné pour Philae © MaxPPP

La sonde Rosetta, lancée en 2004, se dirige vers la comète Tchourioumov-Guerassimenko. Elle n'est plus qu'à quatre millions de kilomètres de son objectif : une boule de glace de quatre kilomètres de diamètre qu'elle doit atteindre au mois d'août et l'accompagner ensuite vers le Soleil. Le robot Philae, lui, pèse 100kg. Il contient une dizaine d'instruments scientifiques. Et il est censé réussir une première mondiale : se poser sur la comète.

Avant de réussir cette prouesse spatiale, il faut donc "réveiller" Philae, car le robot dort depuis plus de 3 ans, par souci d'économie d'énergie. Seule sa température est contrôlée, comme celle d'un animal qui hiberne. Aujourd'hui, finie la longue sieste.

Philae doit se poser sur la comète en novembre

C'est "presque" aussi simple qu’un ordinateur à redémarrer, explique Philippe Gaudon, chef de projet au Centre nationale des études spatiales (CNES) :

Maintenant, vous télécommandez tout ce qui se passe dans votre maison à distance. Le principe est le même pour Philae.

Les scientifiques vont également télécharger un nouveau logiciel de vol. Puis, à partir du mois de mai, Rosetta va freiner pour se rapprocher de la comète, et l'observer en même temps, afin de déterminer un lieu d'atterrissage.

Le robot se brûlera les ailes au bout de six mois

Le but est de poser Philae sur Tchouriuumov-Guerassimenko début novembre. Cette comète fait figure de caverne d'Ali Baba de notre système solaire, révèle Philippe Gaudon :

On pense que ce sont les archives du système solaire.

Ces comètes glacées tombées en masse sur Terre auraient, ni plus ni moins, créé les océans... Philae devrait vivre pendant environ six mois sur la comète, avant de se "brûler les ailes", au sens propre du terme : à plus de 60 degrés, les composants électroniques ne résistent plus.

► ► ► VIDEO | Une mission de 12 ans pour la sonde européenne Rosetta :

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.