Aeolus, porté en orbite par un lanceur Vega d'Arianespace pour l'Agence spatiale européenne, sondera l'atmosphère avec un laser puissant. Objectif : améliorer les prévisions météo.

Le satellite Aeolus
Le satellite Aeolus © ESA/ATG medialab

Arianespace place en orbite le satellite Aeolus, avec un lanceur Vega, depuis la Guyane française. Ce satellite permet d'entamer une campagne de mesures des vents terrestres. Aeolus sondera l'atmosphère avec un laser puissant.

Aeolus fait partie du programme Copernicus de l'Union européenne pour la surveillance de l'environnement. C'est la 50e mission effectuée par Arianespace pour le compte de l'Agence spatiale européenne.

Le laser Aladin

Aeolus a embarqué à son bord l’un des instruments les plus sensibles jamais mis en orbite: un laser Doppler appelé Aladin.

Aladin fera d'Aeolus le premier satellite à mesurer directement la vitesse du vent sur Terre à partir de l'espace, fournissant des données qui devraient améliorer considérablement les prévisions météorologiques dans le monde entier.

Aladin devrait aider à préciser les dynamiques au niveau des tropiques et les processus influant sur la variabilité du climat. 

L'engin a été si difficile à concevoir que la NASA y a renoncé. Les ingénieurs européens d'Airbus Defense and space ont mis 15 ans pour le mettre au point. Son instrument , ce LIDAR ( laser),  fonctionne un peu sur le principe d'un radar contrôleur de vitesse sauf qu'ici, ce seront des flashes lumineux très rapides qui seront envoyés depuis l'espace. Ils seront réfléchis sur les impuretés de l'atmosphère, gouttes d'eau ou poussières. Du temps mis par la lumière à descendre et remonter, on déduira la vitesse des vents. 

L'avancée promise est évidente selon Dominique Gillieron d'Airbus Defense and Space. bob Ainsi il sera possible de détecter très tôt la formation des vents, les vortex en particulier. Aujourd'hui, ce sont les nuages qui servent de signes avant coureurs.

L'antenne NNO-2

L'antenne NNO-2 qui recueillera les signaux d'Aeolus
L'antenne NNO-2 qui recueillera les signaux d'Aeolus / ESA

Pendant qu'Aeolus sera dans l'espace, une antenne basée en Australie, baptisée NNO-2, recueillera les signaux émis par le satellite. 

Depuis 2015, NNO-2 pointe vers l'espace, à l'écoute des signaux émis par les fusées et les satellites nouvellement lancés et leur transmet des instructions et des commandes d'ingénieurs basés au sol.  

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.