Henri IV guérissant les écrouelles
Henri IV guérissant les écrouelles ©

Une commission d'enquête du Sénat s'inquiète, dans un rapport publié mercredi, de l'influence des mouvements à caractère sectaire dans le domaine de la santé qui peuvent déboucher sur des dérives thérapeutiques proches de la "charlatanerie".

Mise en place à l'initiative du groupe Rassemblement démocratique et social européen (RDSE), la commission a procédé à 72 auditions de victimes, professionnels de santé, experts et représentants d'autorités sanitaires.

Au cours de ces auditions, la commission a constaté que la maladie et la quête du bien-être pouvaient exposer au risque de dérive sectaire.

Charlatans ou presque

"Certaines dérives thérapeutiques dues à des pratiques commerciales, proches de la charlatanerie, exploitent les peurs et les attentes de la population en matière de santé et de bien-être et peuvent insidieusement orienter leurs victimes vers des pratiques thérapeutiques souvent dénuées de fondement scientifique, compromettant ainsi leurs chances de guérison", peut-on lire dans la présentation du rapport.

Les précisions de Valérie Cantié.

La combinaison de la dérive sectaire et de la dérive thérapeutique cumule "les dangers liés à une forme d'emprise et les risques dus à l'exploitation mercantile de la crédulité de personnes vulnérables".

La commission juge très alarmant de voir "l'image de la médecine classique, altérée par des scandales récents puisse conduire des personnes atteintes de pathologies lourdes à s'interroger sur les propositions thérapeutiques de leur médecin pour s'en remettre à des pratiques de 'soins' sans nécessairement disposer d'une information complète sur les conséquences de leur choix."

Face à ce constat, la commission propose entre autres d'interdire aux médecins, dentistes et pharmaciens radiés par leur Ordre de faire état de leur titre, d'appeler les procureurs de la République à porter une attention particulière aux plaintes s'inscrivant potentiellement dans un contexte sectaire ou encore de renforcer la sécurité de l'information des internautes.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.