Le vaccin AstraZeneca a reçu ce vendredi après-midi le feu vert de l'Agence Européenne du Médicament. Une autorisation de mise sur le marché pour les personnes âgées de 18 ans et plus précise l'Agence.

L'Agence européenne des médicaments a approuvé vendredi l'utilisation dans l'Union européenne du vaccin AstraZeneca
L'Agence européenne des médicaments a approuvé vendredi l'utilisation dans l'Union européenne du vaccin AstraZeneca © AFP / Justin TALLIS

Après Pfizer-BioNTech le 21 décembre et de Moderna le 6 janvier, l'union Européenne a validé ce vendredi un troisième vaccin : le britannique AstraZeneca.

Ce vaccin est efficace à hauteur de 59,5% et il est sûr, affirme l'agence européenne, sur la base de quatre essais cliniques menés en Grande Bretagne, au Brésil et en Afrique du Sud. 

Lors de ces essais cliniques, un groupe de volontaires britanniques avait reçu, par erreur, une 1/2 dose, puis une dose entière. Et chez eux, la protection contre la maladie s'était avérée très haute, au-delà de 90%. Des résultats écartés par l'agence européenne du médicament. Pour elle, il est préférable de donner deux doses identiques, avec un écart compris entre 4 et 21 semaines. 

Oui pour les 65 ans et plus

Les données ne permettent pas d'évaluer la durée de protection. Elles ne permettent pas non plus de dire si les plus de 65 ans ont intérêt à être vaccinés avec ce nouveau produit. Il y a trop peu de données fournies par le laboratoire. Seuls 13% des volontaires étaient âgés dans les essais. 

Pourtant, dit l'agence, même si on ne peut pas la quantifier, ces personnes âgées développent une certaine immunité. 8% seulement comme le disait cette semaine la presse allemande ? 

Les experts européens ont refusé, lors d'une conférence de presse, de commenter ce chiffre. En temps de pandémie, il faut utiliser tous les outils dont on dispose selon eux. C'est la raison qui leur fait dire que même chez les femmes enceintes et les personnes immunodéprimées, ce vaccin peut être administré.

Malgré tout, les experts allemands campent sur leur refus d'autoriser ce vaccin à partir de 65 ans et il est probable que le ministère allemand de la Santé suivra cette recommandation dans sa décision d'autorisation en Allemagne, qui est attendue en début de semaine prochaine.

En France, l'avis de la Haute autorité de Santé est attendu à partir de lundi.