le ribose, pièce manquante de l'origine de la vie
le ribose, pièce manquante de l'origine de la vie © CNRS

Une équipe scientifique du CNRS est partie à la recherche de la pièce manquante pour expliquer l'origine de la vie sur terre. Les chercheurs français viennent de découvrir un composé essentiel, le ribose, une sorte de squelette pour le matériel génétique des premiers organismes.

On soupçonne depuis longtemps les comètes d'avoir joué un rôle majeur dans l'apparition de la vie sur terre car elles sont composées des briques élémentaires de la vie :les acides aminés .

Mais pour que la "recette" fonctionne, il manquait un sucre : le ribose, une sorte de squelette pour le matériel génétique des premiers organismes. Publiée dans la prestigieuse revue Science, cette découverte conforte l'idée que la vie sur terre a pu venir des comètes. Tout ceci est au coeur de la mission Rosetta.

Création d'une comète artificielle

Pour parvenir à ce résultat, des scientifiques de l'Institut de chimie de Nice (CNRS/Université Nice Sophia Antipolis) ont analysé une comète artificielle créée par l'Institut d'astrophysique spatiale (CNRS/Université Paris-Sud). Ceci pour savoir si OUI ou NON les comètes ont pu ensemencer la terre de briques primitives de la vie.

Pour Cornelia Meinert, chimiste au CNRS à Nice, au micro de Sophie Becherel, le ribose est comme notre colonne vertébrale, c'est la colonne vertébrale du code génétique, c'est dans tout ce qui vit sur terre.

De quoi rendre les Américains jaloux

Depuis des années, plusieurs laboratoires dont la NASA sont à la recherche de ce fameux ribose. Si la jeune chimiste les a coiffés au poteau, c'est parce qu'elle a utilisé un outil sophistiqué, un chromatographe multidimentionnel en phase gazeuse. C'est lui qui a permis de trier tous les composés complexes qui composent une comète. Si Nice a ce chromatographe de pointe, dix fois plus sensibles que d'autres, c'est en raison de la proximité de Grasse, la ville des parfums. C'est la même machine qu'on utilise en chimie des aromes et des parfums et en chimie extraterrestre.

Un processus complexe..

Dans un premier temps, la comète artificielle a été produite en plaçant dans une chambre à vide et à − 200 °C un mélange représentatif d'eau (H2O), de méthanol (CH3OH) et d'ammoniac (NH3), les astrophysiciens ont simulé la formation de grains de poussières enrobés de glaces , la matière première des comètes. Ce matériau a été irradié par des UV. Puis l'échantillon a été porté à température ambiante (comme lorsque les comètes s'approchent du Soleil). ### ... et précis

Sa composition a ensuite été analysée à l'Institut de chimie de Nice grâce à cette technique très sensible et très précise de la chromatographie multidimensionnelle en phase gazeuse, couplée à la spectrométrie de masse à temps de vol. Plusieurs sucres ont été détectés, parmi lesquels le ribose. Leur diversité et leur abondance relative suggèrent qu'ils ont été formés à partir de formaldéhyde (une molécule présente dans l'espace et sur les comètes, qui se forme en grande quantité à partir de méthanol et d'eau). Déjà, la même équipe avait trouvé des acides aminés, eux aussi indispensables à la vie. Elle cherchait depuis plusieurs année un sucre.

Un élément de plus sur les origines de la vie sur terre

S'il reste à confirmer l'existence de ribose dans les comètes réelles , cette découverte complète la liste des « briques moléculaires » de la vie qui peuvent être formées dans la glace interstellaire. Elle apporte un argument supplémentaire à la théorie des comètes comme source de molécules organiques qui ont rendu la vie possible sur Terre.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.