Une étude très sérieuse révèle que l'antidépresseur réduit l'attractivité des femelles. Il y aurait de quoi s'en amuser si ce n'était pas encore une conséquence de la pollution humaine.

Des résidus d'antidépresseurs rejetés dans la nature pourraient être à l'origine de changements comportementaux chez les étourneaux.
Des résidus d'antidépresseurs rejetés dans la nature pourraient être à l'origine de changements comportementaux chez les étourneaux. © Maxppp / Manfred Danegger

Après les poissons devenus hermaphrodites à cause des résidus de pilules contraceptives présents dans les rivières, voici les oiseaux victimes d'antidépresseurs. Des chercheuses britanniques de l'Université de New-York ont monté une expérience sur trois ans pour vérifier les effets d'une exposition chronique au fluoxétine, la molécule du Prozac détectée dans les stations d'épuration où chassent certains oiseaux. 

Leurs constatations sont sans appel, les étourneaux femelles ayant ingéré de petites doses d'antidépresseurs contenues dans leurs proies (vers et autres invertébrés) attirent moins leurs congénères mâles, qui chantent moins à leur attention en les courtisant. 

Les mâles chantaient deux fois plus souvent et plus longtemps auprès des femelles non traitées.

Une découverte importante puisque "les animaux qui sont lents à trouver un partenaire, ne se reproduiront pas" rappelle Kathryn Arnold dans un communiqué. Sa collègue Sophia Witlock souligne, elle, une autre trouvaille concernant le comportement des mâles envers les femelles ayant absorbé de faibles doses d'antidépresseurs : "au lieu de les courtiser, ils étaient plus susceptibles de chasser les femelles étourneaux sous Prozac, de leur donner un coup de bec ou de les griffer". Ces changements de comportement pourraient donc mettre en danger ces oiseaux chanteurs.

La pollution humaine encore responsable

De la pharmacie à la rivière ou aux champs, les substances chimiques consommées par l'homme se retrouvent en bout de chaîne dans l'environnement. Par effet domino, les plantes et les animaux en consomment involontairement. Ici, les résidus de médicaments présents dans l'eau proviennent des industries pharmaceutiques, des médicaments jetés dans les déchets ménagers, des eaux usées des foyers et des hôpitaux, mais aussi des élevages industriels et des boues d'épandage.

Recycler ses médicaments ?

Le spécialiste en écotoxicologie Wilfried Sanchez oeuvre pour un monde sans pollution au sein de la Fondation Rovaltain. Cette étude sur l'impact des antidépresseurs sur les étourneaux lui rappelle qu'"il faut privilégier le recyclage par l'intermédiaire de Cyclamed", l'association qui collecte les médicaments non utilisés rapportés par les patients en pharmacie. Il aimerait également que le traitement des stations d'épuration soit envisagé malgré le surcoût évident :"cela semble plus que nécessaire pour préserver l’environnement d’une contamination par des molécules aux effets néfastes sur les écosystèmes".

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.