Le poisson contient des omega 3 (image d'illustration)
Le poisson contient des omega 3 (image d'illustration) © MaxPPP

On sait depuis longtemps que les Omega 3 sont bons pour la santé, et qu'il en faut dans son alimentation. D'ou le conseil maintes fois relayé qu'il faut manger du poisson gras, de l'huile de colza et de l'huile de noix. Mais savez-vous au juste pourquoi ?

Une chercheuse de l'Inra (institut national de recherche agronomique), Sophie Layé, vient de recevoir le prix du défi scientifique 2015 pour son travail justement sur les bienfaits de ces Omega 3. Cette neurobiologiste a mis en évidence leur action sur le cerveau, et établi leur efficacité contre Alzheimer et contre la dépression .

Les Omega 3 optimisent les neurones

Ce que la chercheuse et son équipe ont démontré, c'est à quel point les Omega 3 optimisent l'action des neurones. Quand on vieillit, c'est précisément l'altération du fonctionnement de ces neurones qui peut conduire à la démence ou à des pertes de mémoire.Les Omega 3 limitent l'altération, explique la neurobiologiste Sophie Layé, à Véronique Julia :

Les Oméga 3 que l'on consomme et en particulier ceux qui sont dans notre cerveau protègent de l'inflammation. L'inflammation, elle est responsable d'un tas d'altérations au sein du cerveau, en particulier des maladies neurodégénératives, comme la maladie d'Alzheimer. Et les omega 3, en limitant cette inflammation, limitent le developpement des pathologies.

Les Omega 3 protegent du stress et donc de la dépression car ils agissent sur les neurones impliqués dans le controle des comportements émotionnels : ils optimisent aussi l'effet quand on prend des antidépresseurs, raconte encore Sophie Layé :

"Il va y avoir un effet convergent des anti-dépresseurs et des omega 3 vers les mêmes systèmes neurobiologiques et donc ils vont corriger de façon additionnelle les systèmes qui dysfonctionnent dans le cerveau de sujets dépressifs"

Les vertus de la vitamine A

Sur sa lancée, l'équipe de Sophie layé travaille aussi sur les vertus de la vitamine A, présente dans les abats, et des polyphénols présents dans le raisin et les fruits rouges. Eux aussi, elle l'a démontré, agissent sur les neurones et réduisent les troubles de la mémoire.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.