Entre 1999 et 2015, plus de 100 000 singes ont disparu. Les grands responsables, ce sont la chasse illégale et la déforestation.

Victimes de la surexploitation des ressources, les orangs-outans sont privés de leur habitat et deviennent des proies faciles pour les chasseurs dans les exploitations forestières.
Victimes de la surexploitation des ressources, les orangs-outans sont privés de leur habitat et deviennent des proies faciles pour les chasseurs dans les exploitations forestières. © AFP / Stéphanie Meng / Biosphoto

D'après une étude publiée jeudi dans le journal Current Biology, la population d'orangs-outans de Bornéo a diminué de moitié en 15 ans

A Bornéo, comme dans beaucoup de régions tropicales, on rase les forêts pour en extraire le bois, le papier, les minéraux mais surtout l'huile de palme. Les ressources sont exploitées à des taux insoutenables, soulignent les chercheurs, et nuisent ainsi peu à peu à la faune. 

La chasse, première cause de disparition

Responsable du programme forêt au WWF France, Jean Bakouma rappelle que la première cause de la disparition des orangs-outans, c'est la chasse : "[Privé de leur] habitat, les orangs-outans vont se réfugier dans des zones qui sont des exploitations forestières, [dans lesquelles] les chasseurs peuvent les tuer."

Jean Bakouma  anepe d'aménagement du territoire, d'exploitation des ressources, de développement des infrastructures et aussi d'éducation, seule façon de préserver les orangs-outans.

Jean Bakouma en appelle aux pouvoirs publics : "Il y a urgence à ce que les autorités, à l'échelle mondiale, prennent des mesure pour éviter l'extinction de ces espèces."

Et peut-être sauver les forêts, dont 13 millions d'hectares disparaissent chaque année dans le monde.

Articles liés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.