Des astronomes ont annoncé lundi avoir découvert ce que beaucoup considèrent comme le Graal dans leur domaine : des rides dans l'espace-temps qui sont comme l'"écho" de la formidable expansion de l'univers peu après le Big Bang.

des astronomes disent avoir découvert "les ondes gravitationnelles"
des astronomes disent avoir découvert "les ondes gravitationnelles" © reuters

Prévue par Albert Einstein voici près d'un siècle, la découverte des ondes gravitationnelles aiderait les scientifiques, si elle était totalement confirmée, à comprendre les débuts de l'univers. A la pointe de cette découverte, le centre d'astrophysique Harvard-Smithsonian :

La détection de ces signaux est l'un des plus importants objectifs de la cosmologie aujourd'hui.

Le résultat des recherches du centre d'astrophysique ont été publiés ce lundi par la revue spécialisée "Nature". Ces travaux, explique le magazine sur son compte Twitter, pourrait valoir à ses auteurs un prix Nobel :

Les ondes gravitationnelles sont d'infimes ondulations primordiales qui se propagent à travers le cosmos. Les astronomes les traquent depuis des décennies car elles recèlent la preuve de la théorie de la relativité générale, publiée en 1916 par Einstein, mais aussi de la théorie de l'inflation cosmique, qui a été mise au point durant les années 1980.

Ce sont ces signaux que les scientifiques ont vraisemblablement découvert, explique l'astrophysicien français Jean-Pierre Luminet (joint par Yann Gallic) :

Les ondes gravitationnelles ont été détectées par un téléscope au pôle Sud, appelé BICEP (Background Imaging of Cosmic Extragalactic Polarization). L'instrument traque le rayonnement fossile micro-onde, découvert en 1964 par les astronomes de Bell Labs dans le New Jersey, qui est à ce jour la meilleure preuve que l'univers a commencé par une explosion d'une température extrêmement élevée.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.