Séquence ADN au Science Museum de Londres
Séquence ADN au Science Museum de Londres © Flickr / John Goode

Le prix a été attribué à Tomas Lindahl, Paul Modrich et Aziz Sancar pour leurs travaux sur le rôle des cellules dans la réparation d'un ADN dégradé. Des recherches très utiles pour développer de nouveaux traitements contre le cancer.

Un Américain (Paul Modrich), un Suédois (Tomas Lindahl) et un Turc (Aziz Sancar) se partageront ce prix Nobel de chimie. Ils ont tous trois étudié les meilleures méthodes pour réparer la "boîte à outils des cellules". C'est leur "étude de la réparation de l'ADN" endommagé par exemple par des rayonnements ultra-violets leur a valu l'attention et la reconnaissance de leurs pairs.

► ► ► Le prix Nobel de médecine pour la lutte contre les maladies parasitaires

► ► ► Les neutrinos font ciller le Nobel de physique

Dans son communiqué, l'Académie félicite les trois chercheurs qui ont étudié "au niveau moléculaire, la façon dont les cellules réparent l'ADN endommagé et sauvegardent les informations génétiques.

Leur travail a fourni une connaissance fondamentale sur le fonctionnement d'une cellule vivante et sert, par exemple, à la mise au point de nouveaux traitements du cancer.

Mots-clés :
Articles liés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.