la centrale nucléaire de fessenheim à l'arrêt après un incident
la centrale nucléaire de fessenheim à l'arrêt après un incident © reuters

La ministre de l'Écologie Ségolène Royal a annoncé un nouveau report de la mise en service du réacteur nucléaire EPR flambant neuf de Flamanville, ce qui retarde jusqu'en 2018 la fermeture prévue de Fessenheim, la doyenne des centrales françaises.

Elle devait en principe fermer boutique en 2017, comme l'avait promis François Hollande pendant la campagne présidentielle. Finalement, la plus ancienne centrale française encore en activité aura un sursis d'un an , le temps pour son successeur de Flamanville (dans la Manche) d'être enfin opérationnel.

En déplacement à Strasbourg, Ségolène Royal a en effet rappelé que "quand Flamanville ouvrira, Fessenheim devra fermer. Flamanville va ouvrir d'ici à 2018, donc en effet, Fessenheim devra fermer. "

La ministre a réagi à la polémique montante sur son compte Twitter :

La semaine dernière, le groupe EDF avait repoussé la mise en service prévue du réacteur de troisième génération au quatrième trimestre 2018. C'est la quatrième fois qu'il est obligé de retarder le démarrage du nouveau site , l'un des plus puissants au monde et très critiqué par les écologistes. À l'origine, il devait être achevé en 2012 , pour un budget de 3,3 milliards d'euros.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.