Face aux critiques d'élus et de médecins dénonçant un démarrage trop lent de la campagne vaccinale, Olivier Véran a annoncé l'accélération de la campagne de vaccination contre le Covid-19 en direction des publics prioritaires, avec la possibilité pour les soignants de 50 ans et plus de se faire vacciner "dès lundi".

Des soignants de plus de 50 ans pourront se faire vacciner dès lundi prochain
Des soignants de plus de 50 ans pourront se faire vacciner dès lundi prochain © AFP / Anadolu Agency / Nir KEIDAR

Plus de 78 000 vaccinés en Allemagne, 330 vaccinés en France au 31 décembre, alors qu'on a reçu 560 000 doses du vaccin Pfizer BioNTech. La comparaison avec nos voisins devenait vraiment intenable. Dernière en date à s'inviter dans le débat, l'Académie nationale de médecine, déplorait ce jeudi matin un démarrage trop lent de la vaccination.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Le ministre de la Santé a pris la mesure et annoncé ce jeudi soir, par une série de tweets, une réelle accélération et une modification de la stratégie vaccinale. C'est après concertation avec la communauté médicale et des élus que le ministre de la Santé a indiqué que, dès lundi, les soignants de plus de 50 ans pourront se faire vacciner dans des CHU, plus d'une centaine d'hôpitaux équipés, dans les jours à venir, pour délivrer, quotidiennement, les doses de vaccin.

Avant début février, la vaccination sera possible, en ville, pour les plus de 75 ans, puis les plus de 65 ans. La vaccination se fera dans des maisons ou centres de santé, des cliniques, des gros cabinets médicaux, une organisation en lien avec des collectivités locales.

C'est ce que de demandaient depuis plusieurs jours, de très nombreux médecins et l'académie de Médecine par la voix de son président : Jean-François Mattei : "Il faut raccourcir les procédures au maximum. Sur le consentement des personnes âgées en EHPAD, il est inutile d'attendre plusieurs jours. Quand une personne âgée à qui vous proposez un vaccin a dit oui, il n'y a pas à hésiter, l'épidémie est en train de nous prendre de court, aujourd'hui c'est une urgence. Il faut changer de braquet."

Concernant ce consentement qui prend aussi du temps, Olivier Véran a précisé que la vaccination pourrait se faire dans la foulée du consentement, sans attendre un délai de réflexion de plusieurs jours.

Le ministre insiste sur une stratégie qui continue à privilégier les personnes les plus à risque, soyez rassurés, ajoute-t-il dans ses tweets, la campagne vaccinale va prendre de l'ampleur, nous ne passerons pas à côté.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix