A l'initiative d'astronomes professionnels férus de partage, l'opération "On the moon again" invite les passants à regarder la Lune dans un télescope ces deux prochaines nuits. Une manière conviviale de retrouver l'émerveillement des premiers pas de l'Homme sur le plus fameux de nos satellites.

L'opération "On the moon again" affiche 1050 événements dans 77 pays
L'opération "On the moon again" affiche 1050 événements dans 77 pays © AFP / Luis ACOSTA / AFP

Ils étaient, dit-on, 600 millions devant leur téléviseur il y a 50 ans à regarder, fascinés, Neil Armstrong et Buzz Aldrin sautiller dans la mer de la Tranquillité. Un événement planétaire vécu comme une communion, un partage. Un émerveillement aussi. Pour célébrer cet anniversaire, une poignée d'astronomes français a entrepris il y a plusieurs mois de proposer un geste simple: regarder la lune à travers un télescope ou une lunette astronomique. 

Pas à la manière des clubs d'astronomie mais plutôt en invitant tout détenteur d'instrument à s'inscrire sur le site "On the moon again" et ensuite à déployer son matériel dans des lieux du quotidien: place de marché, terrasses de café, trottoirs de rue, champs.

Forte du soutien de la NASA et l'ESA (Agence Spatiale Européenne), l'opération affiche  1050 événements dans 77 pays. Ils sont tous recensés sur le site On the moon again.

Peu importe l'endroit au fond, la lune, actuellement gibbeuse montante, peut se voir de partout. Mais à la grande différence d'une observation à l'oeil nu, celle permise par un télescope révélera des détails insoupçonnés. "A l'oeil nu, la Lune semble lisse" explique Sylvain Bouley, maître de conférence à l'Université Paris Sud, alors qu'avec une paire de jumelles, "vous découvrirez les premiers cratères, les mers lunaires.  Avec une lunette de 60 mm ou un petit télescope, on entre dans un autre monde. Des cratères de quelques kilomètres de diamètre sont visibles et au niveau du terminateur, la zone entre la lumière et l'ombre, les ombres s'allongent à cause de la lumière rasante et vous aurez l'impression de pouvoir escalader les monts lunaires".

L'idée n'est pas d'avoir un cours d'astronomie mais de retrouver un contact avec le ciel selon les initiateurs de cette opération. Habitués à poser leurs télescopes sur une péniche amarrée sur la Seine au pied de l'Ile de la Cité, ils cherchent à toucher un public de non avertis. Le public visé n'est pas celui qui se rend dans les clubs d'astronomie ou les festivals d'été comme celui de Fleurance dans le Gers.  "Ce sont des personnes qui n'ont jamais pensé à regarder la lune , dans un monde de plus en plus urbanisé" précise Sylvain Bouley. Il lui est arrivé de poser son télescope à la sortie d'un stade de football et d'assister au choc émotionnel créé. 

Un concours photo est aussi proposé dont le premier lot à gagner est une météorite lunaire! De quoi prolonger le rêve dans son salon....

Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.