Rats
Rats © MaxPPP

Des touristes, des statues et des rats. Au Jardin des Tuileries à Paris, cette combinaison n'est pas nouvelle. Ce qui surprend, c'est le nombre croissant de rongeurs. Ils sont de plus en plus nombreux autour du Musée du Louvre.

Les rats se montrent surtout l'été. Mais ils sont présents toute l'année dans les pelouses, aux Tuileries. Les rongeurs sont attirés par la nourriture qu'ils trouvent dans la pelouse. Les jardins extérieurs du Louvre sont en effet propices aux pique-niques. Autre facteur favorisant la sortie de ces animaux : les travaux qui les poussent à migrer .

Les jardins sont dératisés tous les deux mois, tout au long de l'année. L' opération a lieu une fois par mois en été. "Lorsque la prolifération est forte, comme c'est le cas en ce moment, l'entreprise est immédiatement prévenue par les équipes du musée afin de réagir au plus vite et d'augmenter la fréquence de ses interventions", explique Elise Guillou, porte-parole du musée du Louvre.

Deux rats pour un Parisien

Le Jardin des Tuileries n'est pas le seul lieu de la capitale où les rats prolifèrent. S'il est impossible de connaître leur nombre exact, on estime que Paris compte deux rats pour un habitant. Ils seraient donc près de six millions dans la capitale. Pour Frédéric Devanlay, de l'entreprise de dératisation Avipur, "il y a une recrudescence de rongeurs depuis huit ans" à Paris. Un couple de rats peut avoir cinq portées par an, avec cinq à douze petits par portée, "ça fait une descendance de quelque 5.000 rats au bout d'une année", poursuit-il.

De ses parkings souterrains à son métro, ses caves et ses égouts, Paris est un véritable gruyère pour les rongeurs. Outre les odeurs et les dégradations, ils peuvent transmettre des maladies graves, dont la leptospirose qui se transmet à l'homme par contact avec la peau ou l'urine de l'animal. La ville de Paris et la Préfecture ont mené leur propre campagne annuelle anti-rongeurs du 14 avril au 13 juin dernier.

Le reportage de Florian Vautrin

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.