le ministre de l’écologie annonce un plan contre la pollution d'ici l'été
le ministre de l’écologie annonce un plan contre la pollution d'ici l'été © reuters

Le ministre de l'Écologie l'assure aujourd'hui : le gouvernement a pris conscience de la gravité des derniers pics de pollution et prépare un plan de protection de l'atmosphère qui sera actif d'ici l'été prochain.

"Au-delà de l'urgence, nous travaillons, avec les collectivités territoriales, à des mesures pérennes dans tous les secteurs émetteurs", déclare Philippe Martin dans un entretien à Libération. Car la situation nécessite des mesures à plus long terme que les dernières prises cette semaine (gratuité des transports en commun en Ile-de-France, notamment).

D'ici l'été, les zones les plus touchées feront l'objet d'un plan de protection de l'atmosphère qui prévoira des mesures adaptées : réduction des émissions des chantiers de construction, plans de déplacement d'entreprises ou d'administrations, réduction des vitesses de circulation sur certains tronçons à fort trafic, etc.

Philippe Martin doit faire un point aujourd'hui sur la situation de la pollution de l'air pour savoir si de nouvelles mesures doivent compléter celles prises en milieu de semaine. La circulation alternée, réclamée par Europe Ecologie-Les Verts, "fait partie bien évidemment de l'arsenal possible". Mais c'est une "mesure lourde à mettre en oeuvre, qui demande de la préparation."

Seuil d'alerte franchi un peu partout

Il précise qu'il rencontrera bientôt les constructeurs automobiles pour évoquer avec eux la question du diesel, qui ne "se résume pas", selon lui, à une question fiscale. Le diesel représente 60% du parc automobile mais 80% de la consommation de carburant.

Quinze régions de France sont affectées par cet épisode de pollution, contre dix-sept en milieu de semaine, avec une tendance à l'amélioration pour le week-end. En Ile-de-France, l'indice de pollution était de 8 sur 10 à la mi-journée, selon Airparif.

Le seuil d'alerte de pollution aux particules fines, jugées cancérigènes par l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), a été franchi cette semaine dans plusieurs villes de France. Face à un phénomène qui perdure, le ministère de l'Agriculture recommande aussi aux agriculteurs de restreindre ou de reporter les épandages de fertilisants minéraux et organiques ainsi que les travaux du sol.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.