Thomas Similowski est pneumatologue. Invité au micro de Mathieu Vidard, il est revenu sur quelques éléments clef du fonctionnement de nos poumons…

Saviez-vous que nous n'utilisons que 10% de nos poumons quand nous sommes au repos ?
Saviez-vous que nous n'utilisons que 10% de nos poumons quand nous sommes au repos ? © Getty / JW LTD

La respiration a un fonctionnement atypique : elle est automatique (vous pouvez respirer même quand vous dormez), autorégulée (votre respiration s’intensifie à l’effort sans que vous y prêtiez attention), mais il est aussi possible de la commander volontairement (vous pouvez arrêter de respirer pendant quelques secondes, si vous le désirez).

Pour illustrer cela avec un exemple de la vie quotidienne : on ne parle qu'à l'expiration, jamais à l'inspiration. Deux mécanismes vont se faire :

  • pendant la phrase : on empêche son système automatique de fonctionner, on ne veut pas qu'il nous coupe la parole
  • si on veut faire une phrase longue et continuer à parler sans que la voix diminue, il faut avoir pris avant, volontairement, un grand volume respiratoire.

Quel volume de nos poumons utilise-t-on habituellement ?

Fort heureusement, on n'a pas toujours besoin de la totalité du volume de nos poumons ! Quand on respire de façon calme, on a besoin d'environ 10% du volume de nos poumons. 

Quel volume maximum de nos poumons pouvons-nous utiliser ?

Quand on est à fond sur son vélo d'appartement, on va être à 80% du volume de nos poumons ; il va rester quelque chose en plus. Ce "quelque chose en plus", c'est très probablement utile parce que même si vous faites sur votre vélo d'appartement l'effort maximum, vous pouvez quand même répondre au téléphone : vous allez pouvoir perturber votre respiration, refaire un petit surplus pour faire avec le contrôle volontaire quelque chose en plus du contrôle automatique très fort. 

On ne sait pas vraiment pourquoi cette immense réserve  d'air n'est pas utilisée normalement mais en tous cas on sait à quoi elle sert : à prendre le contrôle même lorsque la respiration est à son maximum automatique. EN SAVOIR PLUSArrêtez tout et regardez Julie Gautier danser sous l'eau

Est-ce utile de respirer à fond ?

L'oxygénation du sang ne dépend pas énormément de la profondeur avec laquelle on respire. 

[En revanche,] quand on se force à respirer profondément, on se force à déclencher une certaine partie de notre système nerveux (le système parasympathique : un système apaisant) qui a un effet apaisant sur divers organes… dont le cerveau. Il y a des mécanismes neuro-psychologiques qui expliquent pourquoi certaines manœuvres respiratoires vont être calmantes ou au contraire excitantes.

Comment doit-on respirer, au mieux ?

On ne respire pas comme on veut, on respire comme on a fabriqué sa respiration avec la croissance. Quand vous marchez, on vous reconnaît dans la rue à votre démarche. Quand vous respirez, vous avez une signature locomotrice de la même façon.

La majorité des gens respirent avec leurs diaphragme (paroi qui sépare les poumons des viscères). Evidemment, cette notion de "je respire avec le haut / avec le bas des poumons" est très répandue mais elle ne repose pas sur beaucoup de sciences. 

Attention, dans une histoire relativement récente de l'histoire de l'humanité, les femmes pouvaient porter des corsets.  Si vous portez un corset bien serré vous allez bloquer votre diaphragme - et là forcément, vous allez respirer avec le haut. Des circonstances peuvent changer la respiration et ça peut être délétère.

Aller plus loin

► ECOUTER | l'entretien complet de Thomas Similowski au micro de Mathieu Vidard dans La Tête au carré

► ECOUTER... et regarder, et peut-être admirer | les danses de Julie Gautier sous l'eau

► LIRE | le dossier complet consacré à la respiration dans le magazine Cerveau & Psycho

APPRENDRE | les conseils de Christophe André pour apprendre à se relaxer en utilisant la respiration, la méditation en pleine conscience
 

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.