Dans trois mois, Philaé se posera sur la comète Churyoumov-Guérasimenko (illustration).
Dans trois mois, Philaé se posera sur la comète Churyoumov-Guérasimenko (illustration). © CNES / DUCROS David

Le module qui s'est posé sur la comète Tchouri mercredi est désormais en sommeil, après avoir épuisé sa pile et envoyé de précieuses données. Mais ses batteries solaires vont lui permettre de survivre... En attendant des jours meilleurs.

Pour les scientifiques de l'ESA, cette pause dans la mission de Philae sur sa comète, c'est tout sauf un échec. Pour Stephan Ulamec, de l'agence spatiale allemande DLR (qui a dirige les opérations d'atterrissage), "tous nos instruments ont pu fonctionner et l'heure est à présent à l'étude des données que nous avons recueillies. C'est un immense succès".

Le module automatisé a ainsi pu procéder à plusieurs expériences, dont un forage du sol sur plus de 25 cm, une première sur une comète. C'était d'ailleurs l'une des missions les plus importantes de Philae.

Mais ce dernier n'a pu s'arrimer sur le lieu prévu de son atterrissage, et l'ensoleillement est insuffisant pour recharger ses batteries solaires.

Les précisions de Marc Pircher, directeur du CNES (au micro de Stéphane Iglésis)

Ce n'est que partie remise

Car Philae a plus d'un tour dans son sac, et il peut surtout compter sur sa nouvelle maison pour jouer en sa faveur. Il devra toutefois s'armer de patience : il faudra en principe neuf longs mois à la comète pour se rapprocher au plus près du Soleil. L'ensoleillement sera alors (les scientifiques l'espèrent) suffisant pour permettre à Philae, non seulement de survivre, mais de se remettre au travail.

Nous espérons encore qu'à une phase ultérieure de la mission, peut-être lorsque nous nous rapprocherons du soleil, nous pourrons bénéficier d'un ensoleillement suffisant pour relancer l'atterrisseur et rétablir les communications.

Car la mission est loin d'être terminée : sa fin est prévue en décelbre 2015, soit onze ans après le lancement de la sonde Rosetta qui l'a transporté.

Mots-clés :
Articles liés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.