"N'importe qui peut faire une crise de migraine" souligne le médecin généraliste Sauveur Boukris. Retrouvez ici ses explications sur les facteurs déclenchant ces maux de crâne violents et bien souvent invalidants - explications données lors de son passage dans "Grand bien vous fasse".

La migraine, un sujet qui peut toucher n'importe qui…
La migraine, un sujet qui peut toucher n'importe qui… © Getty / wundervisuals

SB : "Quand on prend tous les facteurs déclenchant, le dénominateur commun est le changement d'état.

  • Un changement émotionnel - négatif comme positif. 
  • Une variation du volume de sommeil - une dette de sommeil comme une grasse matinée
  • Une variation de l'activité physique ou professionnelle - un surmenage ou au contraire le relâchement (la fameuse "migraine du week-end")

Et c'est toute la problématique de la migraine car nos vies ne sont faites QUE de changements d'état. Les non migraineux passent au travers... pas les migraineux. Le risque, c'est d'nduire des conduites d'évitement où le patient interprétant sa vie, faisant de fausses représentations, se ratatine sur lui-même... "

Cas particulier : le chocolat 

Ce qu'on prend pour la cause est en réalité l'effet : "des études anglaises ont été faites avec des sujets qui alléguaient des déclenchement de migraine au chocolat. Ils leur ont mis une sonde gastrique, bandé les yeux, et injecté des solutés alimentaires, dont des solutés chocolatées. Les patients ne pouvaient pas reconnaître le goût, l'odeur. Ils n'ont pas déclenché de migraine. L'hypothèse est que ces patients, quand ils consomment du chocolat, sont en phase prodromique : la migraine commence. Il y a une prise du chocolat qui est imposée par une activité cérébrale anormale, notamment au niveau des régions hypothalamiques. Ça ne suffit pas à arrêter la crise et le patient pense avoir déclenché sa crise à cause du chocolat".

Cas particulier : le sexe

Il est souvent conseillé aux migraineux(se) une activité sexuelle pour faire passer la maladie. Le médecin nuance : "quand on est sur une crise de migraine, il est difficile d'avoir un rapport sexuel parce qu'on est dans un état plutôt pitoyable - sauf pour quelques patients, qui probablement l'utilisent comme une approche non pharmacologique avec une levée de la tension. Quand la crise n'est pas trop sévère, ça peut fonctionner.

Par contre, il y a des sujets qui viennent consulter avec ce qu'on appelle des 'céphalées sexuelles' - dont la principale est la 'céphalée orgasmique' : en plein orgasme, le malade a l'impression que sa tête explose. Lors du premier épisode, les patients en général s'inquiètent d'une hémorragie cérébrale. On fait les examens : il n'y a rien. Et puis ça se répète dans le temps… et ça devient très invalidant. Ça survient autant chez l'homme que chez la femme". 

Cas particulier : les écrans

SB : "Pour l'instant nous n'avons pas de données scientifiques robustes permettant d'accuser les téléphones portables ni les écrans... sachant qu'actuellement il y a quand même quelques études sur des spectres lumineux un peu délétères, notamment les lumières bleues, qui pourraient impacter les régions hypothalamiques (qui sont une région importante du déclenchement des crises de migraines)"

Cas particulier : le stress

Le stress peut lui aussi déclencher des migraines. Cela dit, "le stress ne signifie pas que les migraineux soient plus névrosés que la moyenne, c'est juste que dans leur cas le stress déclenche des crises" souligne le psychiatre Christophe André (qui était dans l'émission ce jour-là pour expliquer comment la méditation peut aider à moins souffrir)

Aller plus loin

ECOUTER | L'émission Grand bien vous fasse consacrée aux migraines

LIRE | Souffrez-vous plutôt d'une céphalée de tension ou d'une migraine ? Qu'est-ce qu'une migraine ophtalmique et comment la reconnaître ? Le docteur Sauveur Boukris fait le point

LIRE AUSSI | Le magazine Cerveau & Psycho de cette semaine, consacré à ce sujet

Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.