Big Data
Big Data © CC infocux Technologies

Le Big Data fait sa rentrée dans les grandes écoles. Après HEC, l'année dernière, l’Essec, l'école Polytechnique lance aujourd'hui avec Telecom ParisTech un master spécialisé dans la science des données.

Avec la numérisation, le tout connecté, le nombre des données collectées ces deux dernières années, a explosé. Des milliards de données qui, correctement analysées, peuvent se transformer en mine d'or.

Un nouveau métier est né : le data scientist. Un profil très recherché par les entreprises, en France et à l'étranger. Selon une étude du cabinet Gartner, cela devrait générer plus de 4 millions d'emplois dans le monde d'ici à 2015.

Avec sa culture des math et ses excellentes écoles d'ingénieur et de commerce, la France est bien armée.

On appelle le Big Data, le pétrole du XXIème siècle

Les données personnelles sont une mine d'or pour les entreprises. Les sociétés de commerce en ligne, pionnières dans le ciblage publicitaire à partir des traces laissées sur le web par les consommateurs, ne sont plus les seules concernées.

Les assurances pourraient, par exemple, fixer les primes en fonction du comportement de leurs assurés au volant, grâce aux données fournies depuis un logiciel embarqué. En analysant les achats récents de leurs clients, les banques pourraient leur proposer de nouveaux crédits. Les secteurs des télécoms, de la santé ou des transports sont également intéressés.

Les étudiants sont encore peu nombreux puisque les formations sont tout juste naissantes. Plusieurs employeurs comme l'assureur AXA, disent suivre de très près les étudiants de ces nouvelles formations, car ils craignent "une pénurie" pour bientôt. Polytechniques, par exemple, est déjà sollicité, avant même que sa formation ait commencé.

Le reportage d'Hélène Chevallier (erratum : Patrick Duvaut est directeur de la recherche à Télécom ParisTech)

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.