Après sept mois de voyage, le rover Perseverance est arrivé à la surface de la planète Mars. Envoyé par la Nasa, il s'est posé au terme d'une manœuvre périlleuse mais menée sans embûche. But de cette mission dans les prochaines années : trouver des preuves de vie sur la planète rouge.

Au centre de contrôle de la Nasa, en Californie, les responsables du pilotage du robot ont laissé leur joie exploser après l'atterrissage
Au centre de contrôle de la Nasa, en Californie, les responsables du pilotage du robot ont laissé leur joie exploser après l'atterrissage © AFP / Bill INGALLS / NASA

Il était 21h55, heure française, quand l'atterrissage de Perseverance a été confirmé. Le premier rover envoyé sur Mars pour trouver des traces de vie passée sur la planète rouge est arrivé à bon port, dans le cratère de Jezero, un lieu où aucun robot n'avait encore jamais été envoyé, car trop périlleux à explorer en raison de son relief. A l'arrivée de Perseverance sur Mars, les cris de joie ont retenti dans la salle de contrôle – un peu moins peuplée qu'à l'accoutumée en raison des mesures sanitaires. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Les frictions avec l'air ont fait monter la température du robot à 1 300°C au moment d'entrer dans l'atmosphère martienne, mais celui-ci était doté d'un bouclier thermique qu'il a pu larguer ensuite. L'atterrissage était une opération périlleuse, mais elle s'est déroulée comme prévu, assurent les responsables des opérations à la Nasa. 

Le robot était piloté par la NASA, aux États-Unis, avec une périlleuse opération d'entrée dans l'atmosphère
Le robot était piloté par la NASA, aux États-Unis, avec une périlleuse opération d'entrée dans l'atmosphère © AFP / Bill INGALLS / NASA

"Chaque fois que nous atterrissons, nous avons deux plans, un que nous voulons réaliser, et un deuxième qui est juste ici", a déclaré Thomas Zurbuchen, administrateur associé pour la science de la Nasa en montrant un paquet de feuilles de papier, "et voilà ce qu'on a fait du plan non prévu", a-t-il dit en déchirant ces feuilles. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

L'administrateur de la NASA, Steve Jurczyk, a salué un "incroyable accomplissement", et dit avoir été "débordé par l'émotion" après l'arrivée du robot sur la planète mars. Il a par ailleurs reçu un appel du président américain Joe Biden.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

En France, la Cité de l'espace, à Toulouse, était aussi mobilisée autour de l'arrivée du rover sur Mars : c'est en France qu'a été conçu l'un des outils scientifiques clé du robot, sa caméra SuperCam, qui va étudier les roches martiennes avec un rayon laser et un micro. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

À Paris, le siège du Centre national d'études spatiales (Cnes) suivait aussi les événements. Emmanuel Macron s'y est rendu pour suivre le périple du robot. "Félicitations aux équipes de la NASA, du Cnes et du CNRS", a-t-il par la suite tweeté, en publiant une image partagée par la SuperCam française du robot. 

Emmanuel Macron a suivi les dernières heures du parcours de Perseverance depuis Paris, au siège du Cnes
Emmanuel Macron a suivi les dernières heures du parcours de Perseverance depuis Paris, au siège du Cnes © AFP / Christophe PETIT TESSON / POOL
Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

À présent, le robot va pouvoir commencer sa mission. Avant d'explorer la question de la vie sur Mars, il devra déployer un bras robotique et réussir à faire voler un petit hélicoptère dans l'atmosphère martienne (cent fois moins dense que l'atmosphère terrienne), et expérimenter la production d'oxygène sur place. 

La première image de Mars vue par le rover Perseverance, ici montrée sur les écrans géants de Picadilly Circus, à Londres
La première image de Mars vue par le rover Perseverance, ici montrée sur les écrans géants de Picadilly Circus, à Londres © AFP / Tolga Akmen
Thèmes associés