Donald Trump a mis en scène, mercredi, son retour dans le Bureau ovale, six jours après avoir été testé positif au Covid-19, dans une vidéo sur Twitter. Il attribue son état de santé, en apparence plutôt bon, à un traitement expérimental (des anticorps de synthèse) qui lui a été administré. De quoi s'agit-il ?

Anticorps de synthèse pas encore commercialisés, remdesivir et corticoïdes, voici le cocktail qu'aurait reçu Donald Trump
Anticorps de synthèse pas encore commercialisés, remdesivir et corticoïdes, voici le cocktail qu'aurait reçu Donald Trump © AFP / Saoul LOEB

Ce médicament expérimental appartient à la classe dite des anticorps monoclonaux. Fabriqués en laboratoire, ce sont en quelque sorte des "copies" d'anticorps humains, un peu comme si on administrait du plasma de convalescent au patient, chargé d'anticorps. Injectés au malade, ces anticorps de synthèse se fixent sur le virus pour le neutraliser comme le ferait le système immunitaire, bloquant ainsi sa propagation.

C'est la biotech américaine Regeneron qui produit ce traitement, elle vient d'ailleurs de s'associer au géant pharmaceutique Roche pour le commercialiser... quand ce sera le moment, car pour l'instant ce traitement n'est pas encore autorisé, il est encore en phase de test. Il a été donné au président américain à titre exceptionnel - on parle d'usage compassionnel - et à forte dose, alors même qu'il n'est pas encore entièrement validé. Des résultats préliminaires sur peu de patients (275) semblent encourageants mais les données sont encore limitées. Prudence, donc. 

Des résultats très préliminaires encore

D'ailleurs, en même temps que ces anticorps, Donald Trump a été traité avec des corticoïdes, la dexaméthasone, et un antiviral, le Remdesivir. "Si ça se trouve, ce sont eux plutôt que ces anticorps expérimentaux qui ont remis sur pied le président américain" nous confie un infectiologue parisien, un peu circonspect sur la méthode, "les données sont trop préliminaires, on ne peut vraiment pas dire à ce stade si ça marche, et à quelles doses. Si Trump n'avait pas parlé de ce traitement, personne n'en ferait état encore comme d'une piste avérée".

D'autant que cette technique n'est pas donnée. Pour son infection, le président a bénéficié de traitements lourds et coûteux. Il a fait au passage un joli de coup de pub à son partenaire de golf, le président de la biotech Regeneron, dont le titre s'est envolé en début de semaine à la bourse.

C'est dans cette vidéo publiée sur Twitter, que Trump explique qu'il a pu découvrir directement les traitements contre le Covid-19, citant les produits des laboratoires Regeneron et Eli Lilly. "Je veux vous procurer ce que j'ai eu. Et je vais le rendre gratuit", dit-il en s'adressant aux Américains.