On savait déjà que les tumeurs cancéreuses modifiaient le système immunitaire et qu'il suffisait parfois d'agir sur ce système pour vaincre les tumeurs. Des chercheurs français ont découvert que ce principe pourrait s'appliquer dès le stade précancéreux et donc avant que la maladie ne se déclare.

Scanner d'un cancer des poumons déclenché chez un fumeur.
Scanner d'un cancer des poumons déclenché chez un fumeur. © Getty / BSIP

Lorsqu'une tumeur cancéreuse est diagnostiquée, on sait qu'elle modifie le système immunitaire autour d'elle et qu'il suffit parfois d'agir sur ce système, de l'activer, de le réveiller, pour qu'il s'attaque à la tumeur et la détruise : c'est le principe de l'immunothérapie. Ce qu'une équipe de chercheurs français de l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) a découvert et démontre dans un article de la revue Nature, publié mercredi, c'est que le système immunitaire est modifié dès le stade précancéreux.

L'étude en question porte sur le cancer du poumon : les chercheurs se sont penchés sur une centaine de biopsies pulmonaires, faites sur des fumeurs. En étudiant ces fumeurs (qui ont de grands risques qu'un cancer se déclare), les chercheurs de l'Inserm ont découvert que, lorsque les cellules précancéreuses apparaissent, c'est-à-dire à un stade extrêmement précoce, le système immunitaire apparaît déjà comme modifié.

Ainsi, son fonctionnement semble être altéré avant même l'arrivée du cancer. Cette nouvelle ouvre un nouvel espoir dans le traitement du cancer : on pourrait agir avant même que la maladie ne se déclare.

Un véritable espoir 

"Au stade précancéreux, le système immunitaire commence déjà à être endormi avec ses globules blancs qui sont moins capables de reconnaître les cellules qu'ils doivent normalement détruire" explique Jérôme Galon, directeur de recherche à l'Inserm au sein du Centre de recherche des Cordeliers (Inserm/Université de Paris/Sorbonne Université).

Cette découverte ouvre, selon lui, "des portes thérapeutiques très importantes". Il explique : "On sait qu’aujourd’hui l'immunothérapie est très efficace au stade métastatique d'un vrai cancer. On pourrait booster le système immunitaire, imaginer de faire ce type de traitement dès les lésions pré-cancéreuses". Il s'agirait de faire de l'immunothérapie, autrement dit de réveiller le système immunitaire affaibli dès le stade précancéreux et donc avant même que les cellules anormales n'évoluent vers un cancer.

Pratiquée à un stade précoce, cette immunothérapie serait, sans doute, d'autant plus efficace. Malheureusement, les stades précancéreux ne sont pas toujours identifiées, mais ils peuvent l'être à l'occasion d'une coloscopie ou d'une bronchoscopie de contrôle, chez les grands fumeurs notamment.

En savoir plus

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.