Qui sont les champignons ? Comment se reproduisent-ils ? De quelle espèce vivante sont-ils les plus proches ? Combien sont-ils ? De quoi se nourrissent-ils ? Quelles sont leurs relations avec les autres plantes ? Voici les réponses du biologiste et mycologue Marc-André Selosse dans l’émission "Les Savanturiers".

Les champignons sèment leurs spores un peu partout
Les champignons sèment leurs spores un peu partout © Getty / Kathrin Ziegler

Vous ne le savez peut-être pas mais dans l'air que vous respirez, il y a probablement, des cellules de champignons en déplacement avant de trouver un lieu où germer. Tour de la fascinante planète des champignons avec un spécialiste du Museum d'Histoire naturelle.

Le champignon est plus proche des hommes… que de l'herbe 

On ne sait pas trop où le mettre !

MARC-ANDRE SELOSSE : "Le champignon n'est ni un végétal, ni un animal. Il est immobile comme les végétaux. Mais au contraire des animaux, il est incapable de faire sa propre matière organique. Il appartient donc à un autre groupe du monde vivant. D’un point de vue évolutif, les champignons sont assez proches des animaux. 

Nous les humains, avons un ancêtre très lointain en commun. Dans l'évolution, ils sont nos proches parents. La conséquence ? Beaucoup de fongicides, à base de molécules utilisées pour tuer les champignons sont donc aussi dangereux pour l'homme. Mais pendant ce milliard d’années, on a évolué différemment, on ne se ressemble aujourd’hui plus beaucoup."

Les champignons sont nombreux et ... partout

M.A.S. : "Ils prolifèrent sur absolument tous les sols et dans les organismes. On ne sait encore pas combien il y a d’espèces de champignons. On en a décrit 140 000 et on en répertorie 1500 par an. Or, nos estimations évaluent leur nombre d’espèces entre un et trente millions. Il nous faudra quatre à cinq mille ans pour arriver à en faire le tour ! 

En revanche, on connaît leur masse. Ils ont beau être invisibles, il y a des filaments partout. Dans un hectare de forêt, vous avez en masse l'équivalent d'une vingtaine de vaches de champignons cachés dans les sols, et dans les plantes. 

Sur la Terre, la masse totale de champignons, est l'équivalent de deux mille milliards d'humains.

Les champignons se reproduisent de manière... sexuée

M.A.S. : "Tout commence par un phénomène intime et discret : un accouplement. Deux filaments de champignons différents se retrouvent et font des choses que la morale des champignons approuve. La rencontre est sexuée et fréquente. Quand vous êtes en train de pousser dans le sol, vous retrouver n'est pas évident. Comment font-ils ? Ils émettent des phéromones, ces petites molécules qui se diffusent dans le sol. Et finalement, ils vont grandir en allant l'un vers l'autre. 

Il y a ensuite un autre stade : la dispersion, dans l'idée d'aller fonder des individus ailleurs, grâce aux spores, parfois visibles en automne ou au printemps. Ces spores sont de petites cellules extrêmement résistantes qui , dans des conditions favorables, vont germer et redonner le premier filament qui ensuite donnera un mycélium."

Les spores des champignons peuvent être jusqu'à un million dans une pièce

M.A.S. : "Pour parer aux accidents possibles, les champignons produisent énormément de spores. 

Cela fait d'eux, les premiers pollueurs de l'atmosphère  : 45% des particules dans l'atmosphère sont des spores de champignons en train de rôder dans l'espoir de germer un jour.

Un espoir que beaucoup, d'ailleurs, ne parviendront pas à remplir." 

Une force de propulsion énorme ! 

M.A.S. : 

L'expulsion des spores des champignons se fait à la vitesse de 10 000 g ("g" pour gravité une unité d'accélération).

"Quand la spore se sépare de ce qui l'a nourrit, son cordon ombilical en quelque sorte, cette petite cellule va subir une accélération drastique pour être expulsée. Par comparaison, les montagnes russes, c'est 7G, et un missile c’est 100 G. C'est énorme !' 

Les champignons peuvent être vraiment très gros

M.A.S. : "Des champignons, on ne récolte que les cellules reproductrices. On ne voit que la partie émergée de l’iceberg-champignon : le pied, le chapeau et les lamelles, desquelles s'échappent les spores, ces fines particules qui contiennent de petites cellules qui vont lui permettre de se reproduire. On ne voit pas le réseau de filaments cachés dans le sol (le mycélium), comme la pomme sur un pommier, sauf qu'avec le fruit, vous ne pouvez pas manquer le pommier.

Près de Belfort, un champignon mesure 300 mètres de diamètre et vu sa vitesse de croissance, cela fait 700 ans qu'il est là. Et en Amérique du Nord, dans l'Oregon, une forêt, un champignon (une armillaire) qui occupe à peu près un millier d'hectares. Il s'est développé probablement entre 5000 et 8000 ans durant. Et on a estimé le volume de tous les filaments, cela fait entre 10 000 et 40 000 tonnes de champignons !"

Les champignons sont écolos : ils troquent 

M.A.S. : « À la fin du XIXe siècle, quand on a justement cherché à comprendre pourquoi les truffes poussaient toujours sous les chênes ou, en tout cas, sous des arbres, on s'est aperçu que ces fameux filaments microscopiques (mycélium) étaient associés aux racines des arbres. On a ensuite compris que les plantes avaient toujours, sur leurs racines, des champignons. 

Ceux-ci ne les rendaient pas malades, au contraire : avec ces champignons s'opère un échange à bénéfice réciproque. Il se fait dans une structure : une mycorhize. Le champignon y puise des sucres qui vont lui permettre de vivre. Et les champignons aident les plantes à aller chercher l'eau et les sels minéraux (potassium, phosphore, azote) dans le sol.  On ne peut donc pas cultiver les délicieux champignons comme la truffe, le cèpe, la girolle, le pied de mouton ou les trompettes de la mort. Il leur faut ces racines de plantes. 

Et en plus, ils recyclent beaucoup

M.A.S. : " Les champignons sont les grands agents recycleurs. Pour survivre, ils mangent de la matière organique morte. Avec les bactéries, ils vont digérer toute la matière végétale tombée sur le sol. 

Il y a une matière, la lignine (un composant du bois qui fait qu'il est dur), qu'ils sont les seuls à traiter. Or, il s'en produit 900 milliards de tonnes, chaque année, sur le globe. Ils sont les seuls capables de s'y attaquer grâce à des radicaux libres. Et puis, comme quand on mange, on produit des déchets, les champignons libèrent de l'azote, du phosphate, du soufre, et produisent du CO2. Des matières que pourront utiliser les plantes pour faire des matières organiques. Ce sont de précieux recycleurs."

Marc-André Selosse est l'auteur de : 

Aller loin 

  • À quoi servent les champignons ? Francis Martin microbiologiste, directeur de recherche à l’INRA de Nancy et responsable du laboratoire d’excellence ARBRE éclaire notre lanterne cet après-midi. Une émission du Temps d'un Bivouac à écouter.
  • Difficile à imaginer lorsque l’on se promène en forêt mais, aussi imposants et majestueux que soient les arbres, la plupart d’entre eux ne survivraient pas sans le cortège de champignons qui les accompagnent et étendent discrètement leur réseau de filaments autour de leurs racines. Au cœur des forêts, arbres et champignons sont des alliés pour la vie. À écouter dans l’émission, Du vent dans les synapses
  • Les alliances entre les arbres et les champignons. Les champignons représentent une partie très importante et sous-estimée du vivant. Pourtant, quatre-vingt-dix pour cent des espèces de plantes vivantes dépendent des champignons pour accéder aux nutriments essentiels par leurs racines. À écouter dans l'émision La Terre au Carré.
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.