Aides utilise les applis de rencontre avec geolocalisation pour inciter les homosexuels à se faire le tester.
Aides utilise les applis de rencontre avec geolocalisation pour inciter les homosexuels à se faire le tester. © Grindr

Nouvelle édition du Sidaction les 1er, 2 et 3 avril. L’association AIDES utilise les applications de rencontre pour inciter les homosexuels à se faire dépister.

L’épidémie de VIH/sida en France ne faiblit pas avec 6.600 personnes qui découvrent leurs contaminations en 2014.

Même chiffre qu'en 2007

C’est le même chiffre qu’en 2007 mais surtout, on estime que 20% à 30% des personnes contaminées l'ignorent et continuent de transmettre le virus sans le savoir d'où l'importance du dépistage. Une bataille que mènent inlassablement les associations et pour la mener, tous les moyens sont bons.

Applis de rencontre avec géolocalisation

L’association Aides utilise désormais les applis de rencontre avec géolocalisation pour inciter les homosexuels à venir faire le test. L’épidémie de VIH/sida en France ne faiblit pas avec 6.600 personnes qui découvrent leurs contaminations en 2014. C’est le même chiffre qu’en 2007 mais surtout, on estime que 20% à 30% des personnes contaminées l'ignorent et continuent de transmettre le virus sans le savoir d'où l'importance du dépistage. Une bataille que mènent inlassablement les associations et pour la mener, tous les moyens sont bons. L’association Aides utilise désormais les applis de rencontre avec géolocalisation pour inciter les homosexuels à venir faire le test.

Sites de rencontre gay Grindr ou Hornet

Sur le marché de Montreuil, un matin de semaine, l'équipe d'Aides démarche les passants et les invite à venir faire un test VIH dans un local tout proche. Il y a ce public qu'on aborde directement et il y a aussi celui qu'on va chercher jusque chez lui. David, l'un des militants, est connecté sur des sites de rencontre gay Grindr ou Hornet.

Intéressés par un dépistage

Le militant va chercher, par géolocalisation sur ces sites s'il y a des homosexuels tout près de là qui pourraient être intéressés par un dépistage. A peine quelques minutes plus tard, une première réponse arrive. L'avantage de passer par ces sites, c'est de s'adresser tout de suite au public ciblé et de le faire aussi sortir du bois, car tous n'assument pas d'aller se faire dépister au grand jour. La communauté gaie, c'est 40% à peu près des nouvelles infections VIH chaque année et c'est la seule population chez qui la contamination continue d'augmenter.

Dépister le virus du sida via des sites de rencontres, un reportage de Véronique Julia

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.