En France, plus de 10 000 personnes de plus de 60 ans vivent avec le VIH. Il y a 30 ans, on leur promettait une mort imminente, aujourd'hui on leur dit qu'ils vont pouvoir vieillir presque comme les autres. Certes, mais si on ne meurt plus, quand on s'est traité toute sa vie, on ne va pas forcément très bien.

Maxime, senior vivant avec le VIH
Maxime, senior vivant avec le VIH © Radio France / Véronique Julia

Installé à New-York au début des années 80, Maxime a vécu les années noires du Sida : le diagnostic VIH en 1986 - il avait 32 ans - et la mort de son compagnon la même année.

Une fois j'ai fait le décompte : sur mon carnet d'adresses j'avais perdu plus de 100 personnes du Sida."

Pendant des années, Maxime a donc vécu l'instant, pensant qu'il n'aurait pas longtemps à vivre : "La nuit du réveillon de l'an 2000 j'ai eu cette pensée 'dire que je ne croyais jamais y arriver. J'ai eu la même réflexion lorsque j'ai eu 50 ans." explique Maxime.

À 64 ans, dont la moitié sous traitement, VIH et hépatite C, Maxime parait même plutôt en forme. "Je cache mon jeu", dit-il. "À l'intérieur je suis brisé"

"Je sens mon corps et mon esprit comme étant un champ de ruine", explique Maxime "J'ai beaucoup de tendresse pour les petits vieux, quand je vois ces vieilles dames courbées, qui tirent leur caddy, ils ont 20 ans de plus que moi mais je me sens très proche d'eux. Ma vie a été bousillée. Physiquement je suis fatiguée par tous ces traitements, je dors beaucoup, beaucoup."

Et puis il y a le ras le bol de toutes ces pilules à prendre tous les jours depuis 30 ans. Il y en a moins pour le VIH, mais plus pour les troubles associés, notamment une hypertension artérielle pulmonaire qui gêne beaucoup Maxime pour respirer : "Dès 5H30, 6H je me lève pour prendre mon traitement, une contrainte que j'ai de plus en plus de mal à supporter."

Les plus de 60 ans comme Maxime, représentent aujourd'hui 16 % des personnes vivant avec le VIH. Un chiffre en augmentation. C'était 11 % il y a sept ans. 

Le Sidaction débute ce vendredi 23 mars

L'édition 2018 du Sidaction va se dérouler les 23, 24 et 25 mars, sous l'autorité d'une nouvelle présidente : Françoise Barré-Sinoussi, prix Nobel de médecine en 2008 avec le professeur Luc Montagnier pour la découverte 25 ans auparavant du virus du sida.  

Trois jours de mobilisation, de sensibilisation et d’information sur les enjeux actuels de la lutte contre le sida. 

Co-fondée en 1994 par Pierre Bergé et Line Renaud, l'association Sidaction finance des programmes de recherche et de prévention.  Les dons pourront être faits par téléphone en appelant le 110, en ligne sidaction.org, par SMS en envoyant le mot DON au 92 110 ou par courrier à Sidaction, 228 rue du Faubourg Saint-Martin 75010 Paris.  

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.