Après avoir lancé un appel aux propositions, la NASA a désigné le projet le plus pertinent pour régler ce problème qui empoisonne le quotidien dans l’espace.

L'astronaute Ronald Garan en 2008 sur la station spatiale internationale (illustration)
L'astronaute Ronald Garan en 2008 sur la station spatiale internationale (illustration) © AFP / NASA PHOTO

Le postulat de base du Space Poop Challenge (comprenez “Défi du caca dans l’espace”) lancé par la NASA était simple : quelle solution proposer à l’épineux problème des déjections dans l’espace ?

La question, qui pouvait avoir l’air légère, cachait en réalité un véritable enjeu pour l’agence spatiale. A l’heure actuelle, les astronautes sont munis de couches qu’ils peuvent garder plusieurs heures, jusqu’à ce qu’ils retirent leur combinaison. Une situation qui pourrait s’avérer peu hygiénique, voire dangereuse, si une situation d’urgence obligeait les astronautes à garder leur combinaison plusieurs jours.

Un système de gonflage/dégonflage

La NASA tient désormais son projet gagnant, parmi les quelque 5.000 idées soumises (dont celle d’un duo français). Le gagnant du Space Poop Challenge, lauréat d’un prix de 15.000 dollars, s’appelle Thatcher Cardon et est médecin pour l’armée de l’air américaine.

A LIRE AUSSI | Deux Français tentent leur chance au Space Poop Challenge de la Nasa

Son idée ? Évacuer le plus facilement possible les matières fécales de la combinaison des astronautes.

“J’ai toujours pensé que garder les déchets dans la combinaison ne pouvait pas être une bonne chose” (Thatcher Cardon à la radio américaine NPR)

Le projet de Thatcher Cardon est l’un des rares reçus par la NASA à ne pas proposer une solution de stockage des excréments, mais d’évacuation. Et pour imaginer sa proposition, le médecin est parti d’un constat :

“On peut remplacer des valves cardiaques en passant par des cathéters. Alors on devrait savoir gérer un peu de caca !”

Le projet consiste donc en une toute petite ouverture qui permettrait d’extraire les couches de la combinaison et de les remplacer. Derrière cette ouverture, il y aurait un sas dans lequel plusieurs objets, et en particulier les couches, pourraient être gonflés ou déglonflés à l’intérieur de la combinaison. Thatcher Cardon assure que cet équipement permettra même aux astronautes de changer de sous-vêtements sans quitter la combinaison.

Deux autres projets primés

L’agence spatiale américaine va mettre en oeuvre la procédure pour pouvoir tester ce système prochainement. Outre Thatcher Cardon, deux autres projets ont été primés par la NASA : le deuxième prix est attribué à un trio de chercheurs qui ont proposé un système utilisant la pression de l’air pour évacuer les déjections et les stocker dans une poche isolée ; le troisième, conçu par un designer anglais, est un sous-vêtement qui désinfecte et stocke également les excréments.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.