Suite au scandale Volkswagen, la ministre de l'Écologie Ségolène Royal a lancé une commission indépendante pour réaliser des tests anti-pollution chez les constructeurs français. Jeudi 14 janvier 2016, elle confirmait que le dépassement de normes était bien effectif pour le C02 et l'oxyde d'azote chez Renault, et indiquait que le constructeur devrait passer devant la commission pour y remédier.

Lundi 18 janvier, dans la Une de la Science de "La tête au carré ", Hervé Kempf , de reporterre.net et Frédéric Blanc , juriste pour l'UFC Que Choisir et membre de cette commission, répondaient aux questions de Mathieu Vidard et d'Axel Villard.

voitures polluantes volkswagen renault nissan volvo
voitures polluantes volkswagen renault nissan volvo © corbis

Rappel

En septembre, Volkswagen a reconnu qu'il utilisait un logiciel pour tromper les dispositifs de test des émissions polluantes. Véritable enjeu économique car 11 millions de véhicules Diesel étaient concernés par une émission au-delà des normes. Et évidemment enjeu sanitaire tout aussi important puisque les oxydes d'azote ont des effets sur l'asthme et les maladies respiratoires. Dans la foulée du scandale, des questions se sont posées sur les constructeurs français. D'où la création d'un comité technique indépendant par Ségolène Royal pour analyser ces tests et savoir si d'autres constructeurs n'ont pas triché aussi.

Pour l'instant, ce travail d'investigation n'est pas fini. Les premiers résultats ont été dévoilés et donc des anomalies posent question notamment chez trois constructeurs étrangers et un français.

Quels sont les tests menés sur les voitures ?

Le protocole est innovant car il s'agit d'un protocole de vérification. Rappelons qu'auparavant il n'y avait pas de test de conformité des allégations faites par les constructeurs. Trois véhicules ont été identifiés comme fraudés. La commission a donc cherché à le vérifier à travers un système de leurre. Par exemple, pour des tests en laboratoire, le logiciel est trompé en changeant un peu la position du volant ou des pneus. Il ne détecte pas qu'il est en test et on évite la fraude sur les résultats.

Totalement déconnectés de la réalité ,ces tests en laboratoire ne reflètent pas la façon dont un humain conduirait sa voiture. Par exemple, quand le test commence, pour calculer les émissions des véhicules le moteur est chaud ou alors on fait atteindre 50 km/h à la voiture en 13".

Il existe donc bel et bien un décalage entre ce qui est pris en compte dans le cadre des tests et la conduite dans la réalité. Ces décalages augmentent les résultats des émissions.

Pour l'instant il n'est pas possible d'avoir les résultats de Renault. Mais les laboratoires Allemands ont rendu les résultats publics. Sur 10 véhicules les plus polluants (parfois 15 fois au dessus la norme de 80mg d'oxyde d'azote par km) , quatre véhicules sont de la gamme Nissan, Renault, Volvo notamment le Nissan Xtrail 1.6 dCi et le Renault Espace Energie dCi (qui dépasse à lui seul jusqu'à 25 fois la norme).

tests véhicules Diesel
tests véhicules Diesel © Radio France / ADAC Eco Test

Les véhicules les plus polluants de cette liste sont : 1. Nissan X-Trail 1.6 dCi 2. Volvo 560 D4 3. Renault Espace Energy dCi 160 4. Jeep Renegade 2.0 Multijet 5. Renault Grand Scenic Energy dCi 130 6. Hyundai i20 1.1 CRDi 7. Citroën DS5 Hybrid4 4x4 8. Hyundai Santa Fe 2.0 CRDi 9. Fiat 500X 1.6 Multijet 10. Renault Kadjar Energy dCi 130

► Retrouvez l'article complet consacré à ces tests sur reporterre.net.

A suivre au printemps prochain

Les dépassements ne signifient pas forcément qu'il y a tentative de fraude. Car il est normal qu'on ne trouve pas les mêmes chiffres entre test en laboratoire et conditions réelles. Seulement parfois la différence de résultat est tellement énorme que cela pose question. Pour l'instant il est très difficile de savoir quelles manipulations ont été faites par les constructeurs. La commission va rendre tous ses résultats, marque par marque, au printemps.

►►► ALLER PLUS LOIN || Réécoutez l'intégralité de "La Tête au Carré"

►► ► Réécoutez la chronique Planète Environnement "Tromperies sur la pollution, je m'étonne qu'on s'étonne" de Nathalie Fontrel

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.