Thomas Pesquet vient de passer 5 heures 58 à visser et dévisser des boulons, bricoler en tous sens pour changer les batteries de l'ISS. Sortie extravéhiculaire réussie.

Le sourire de Thomas Pesquet de retour dans l'ISS
Le sourire de Thomas Pesquet de retour dans l'ISS © Nasa

L'astronaute français effectuait sa première sortie dans l'espace, accompagné par son collègue américain Shane Kimbrough: les deux hommes sont sortis de la Station spatiale internationale (ISS) pour faire des travaux de modernisation du système électrique de l'avant-poste orbital.

Pesquet, 38 ans, qui séjourne dans la Station depuis le 20 novembre, devient le 4e Français à effectuer une sortie extra-véhiculaire et le 11e Européen.

Ils ont tout branché !

Ils ont mis en place et branché trois nouvelles batteries lithium-ion, pesant chacune près de 200 kilos et de la taille d'un réfrigérateur, au cours d'une sortie de plus de 6 heures.

Shane Kimbrough, 49 ans, commandant de l'équipage de l'ISS, avait déjà effectué une première sortie de plus de 6 heures la semaine passée avec sa compatriote Peggy Whitson, pour installer trois premières batteries.

Ces 6 nouvelles batteries, destinées à stocker l'électricité produite par les antennes solaires de la station, avaient été livrées à l'ISS en décembre par le vaisseau de fret japonais HTV. Elles remplacent des batteries à hydrogène d'ancienne génération.

Les nouvelles batteries devraient durer le temps de l'exploitation de la Station, soit au moins jusqu'en 2024.

L'ensemble de ce ballet orbital est orchestré depuis le Centre spatial Johnson à Houston, au Texas, notamment par l'Italien Luca Parmitano, un astronaute et ingénieur de l'ESA.

Tous les risques d'une sortie

Tout au long de la mission, les astronautes doivent vérifier fréquemment l'état de leur scaphandre, notamment leurs gants, parties les plus vulnérables lors des sorties car ils pourraient être percés lors des nombreux contact avec des objets pendant l'exécution des tâches.

Les astronautes peuvent boire de l'eau à la paille grâce à une poche prévue à cet effet.

La sortie est fatigante, non seulement en raison de sa durée, mais aussi de la rigidité de la combinaison pressurisée dans le vide de l'espace.

La Station, d'une masse de 450 tonnes, évolue à 400 kilomètres au-dessus de la Terre dont elle fait le tour toutes les 90 minutes, passant donc du jour à la nuit toutes les 45 minutes. De ce fait les astronautes travaillent alternativement à la lumière du soleil et dans l'obscurité totale: leurs casques sont munis ainsi d'un puissant éclairage.

Houston aussi a travaillé

Pendant les jours ayant précédé chacune des deux sorties par les astronautes, la plupart des travaux complexes avaient été effectués par les contrôleurs à Houston.

Ces derniers ont piloté à distance le bras télémanipulateur Canadarm2 de l'ISS ainsi que le robot Dexte, doté de "mains", pour extraire et stocker les douze anciennes batteries nickel-hydrogène et installer les six nouveaux accumulateurs lithium-ion pour que les astronautes puissent effectuer leurs branchements.

Cette sortie dans l'espace était la 197e sortie de maintenance sur l'ISS.

►►► Thomas Pesquet se prépare à un ballet spatial très chorégraphié

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.