Il partira dans la nuit de jeudi à vendredi de Baïkonour. L'astronaute français Thomas Pesquet donne quelques détails sur la mission Proxima à laquelle il participera sur l'ISS.

Thomas Pesquet
Thomas Pesquet © NASA/Bill Stafford - Creative Commons

La mission Proxima décollera de Baïkonour, au Khazakhstan. Et avec elle, l'astronaute français Thomas Pesquet, qui a livré, au cours d'un entretien avec les journalistes depuis Houston, (où il s'est entraîné), quelques détails sur le contenu du programme qu'il suivra avec ses "compagnons" de vol dans la station spatiale internationale (ISS).

Une caméra 360 degrés pour montrer plus largement l'intérieur de l'ISS, notamment, de nouveaux casques de réalité virtuelle pour améliorer la performance de certaines expériences, et deux autres membres d'équipage : le Russe Oleg Novitsky et l'Américaine Peggy Whitson. Ils rejoindront ainsi à bord d'une fusée Soyouz les trois habitants actuels de la station spatiale.

Thomas Pesquet :

Je me sens confiant même si je sais que j'aurais la boule au ventre au moment de monter dans l'ascenseur pour atteindre le 3e étage de la fusée. Mais je pars avec l'héritage de mes parents qui m'ont donné des racines et des ailes. Comme m'ont dit certains anciens, une mission à venir vaut mieux qu'une mission accomplie, là j'ai un objectif, c'est très motivant.

Thomas Pesquet part pour 6 mois et reviendra en mai 2017. Avant de s'envoler il aura donné procuration pour voter à la présidentielle. Il emportera peut-être son saxo, la plupart de ses affaires personnelles sont sur place depuis janvier dernier. C'est lui qui sera chargé du repas du Nouvel An.

Une journée type sur l'ISS

6h00 Lever

Brief pour la journée à venir

Travail scientifique

Lunch spatial

Maintenance de la station

2h de sport

Film/Mails/Dodo

Défilé dans l'espace

Lors de la mission Proxima, outre toutes les expériences prévues, Thomas Pesquet prévoit quatre sorties dans l'espace : deux en décembre ou janvier pour changer les batteries de l'ISS, et deux autres en avril pour accueillir les ravitailleurs. Les astronautes devraient voir arriver tous les types de véhicules spatiaux.

Médecine, physique, communications...

Thomas Pesquet, qui est pilote de ligne de formation, s'entraîne depuis des années, et aura un rôle d'ingénieur. Dixième Français envoyé dans l'espace, il séjournera six mois à bord de l'ISS.

55 expériences sont prévues au programme de la mission Proxima, dont certaines sont pilotées par les chercheurs français dans divers domaines. En voici quelques unes :

Le vêtement qui maintient le corps et empêchera Thomas Pesquet de grandir de 7 centimètres, comme ce peut être le cas quand on vit en apesanteur.

Les vêtements munis de capteurs qui transmettent les informations médicales du corps de l'astronaute directement à la Terre.

Le système Vessel ID, qui ne lave pas les assiettes de l'ISS mais permettra de coordonner le contrôle maritime sur Terre.

La recherche sur le plasma, qui est considéré comme le quatrième état possible de la matière.

Matiss : procédé pour réduire les contaminations microbiennes dans l'ISS. Si les produits utilisés fonctionnent, ils pourront servir sur Terre.

La purification de l'eau avec le système Aquapad, bon marché, facile d'utilisation.

L'échographie médicale à distance ? Thomas Pesquet testera un système d'échographie contrôlé par un médecin sur Terre.

La Wi-Fi de l'espace, qui s'appelle Wise-net

REECOUTEZ | Thomas Pesquet dans le 7/9 du 29 avril 2016 >> http://bit.ly/2bCmG3I

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.