Une sécheresse est possible en France au printemps et à l’été prochain. Tout dépendra des précipitations ces trois prochains mois.

Le cours d'eau La Savoureuse, dans le territoire de Belfort, en septembre 2016
Le cours d'eau La Savoureuse, dans le territoire de Belfort, en septembre 2016 © Maxppp / PHOTOPQR/L'EST REPUBLICAIN

Trois mois déterminants s’ouvrent devant nous. Si la pluie et la neige ne tombent pas abondamment, une sécheresse grave pourrait survenir en France, prévient Frédéric Nathan, prévisionniste à Météo France.

La neige manque en montagne, en ce début d’hiver. L’or blanc n’est pas au rendez-vous dans de nombreuses stations de ski. Même constat dans les plaines : la pluie peine à tomber. Frédéric Nathan annonce sur franceinfo des records de faibles précipitations pour le mois de décembre. Si les nappes phréatiques ne sont pas rechargées dans les prochaines semaines, la situation pourrait devenir critique au printemps et à l’été 2017.

RÉÉCOUTER | Les stations de ski doivent s'y faire : la neige arrive de plus en plus tard

Très peu de pluies depuis juillet dernier

Les nappes phréatiques ne se remplissent pas. Sur une grande partie de l’Hexagone, la sécheresse est déjà présente. "Il y a eu très peu de pluie depuis juillet dernier et le mois de décembre est particulièrement marquant", explique Frédéric Nathan. Plusieurs villes pourraient battre des records de faibles précipitations : Chambéry, Tarbes ou Grenoble.

Une situation exceptionnelle en fin d’année

"Depuis six mois, on constate un déficit des précipitations de près de 40% sur l’ensemble du territoire", explique Frédéric Nathan. Au final, sur l’ensemble de l’année, le niveau de précipitation sera à peu près normal mais uniquement grâce au fait que le début d’année a été particulièrement pluvieux.

Trois mois déterminants

Le phénomène est le même, quelle que soit l’altitude : manque de pluie en plaine, manque de neige en montagne. La neige va tomber ce lundi mais cela ne sera pas suffisant pour enneiger les stations. Les premières semaines de janvier seront déterminantes. Trois mois pour recharger les nappes phréatiques. Ou une sécheresse grave viendra perturber le printemps et l'été prochains.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.