Android Kouign Amann, le projet raté
Android Kouign Amann, le projet raté ©

La nouvelle version du système d'exploitation de Google pour smartphones et tablettes approche à grands pas. Comme à chaque fois, elle a été baptisée en souvenir d'un dessert. En France, des internautes bretons réclamaient un Android "Kouign-Amann". Perdu.

Le Kouign-Amann, c'est ce fameux gateau à base de beurre et de... de quoi d'autre au fait ? Bref, un dessert pas diététique mais bel et bien délicieux, et auquel de nombreux internautes auraient voulu rendre hommage : ils étaient des centaines à avoir adhéré à la page Facebook en faveur de l'Android gras.

Chaque nouvelle version d'Android porte en effet le nom d'un dessert, qui commence par une nouvelle lettre de l'alphabet. On a ainsi connu, dans l'ordre : Cupcake, Donut, Eclair, Froyo (pour "Frozen Yoghourt", ou yaourt glacé), Gingerbread (pain d'épices), Honeycomb (rayon de miel), Icecream Sandwich et enfin Jelly Bean (en gros, l'équivalent américain de nos Dragibus).

Préférer les desserts aux pommes

Que faire pour la prochaine version ? Il fallait un dessert commençant par la lettre K. La proposition la plus fréquente sur Internet a longtemps été "Key Lime Pie", une tarte au citron typique de la cuisine américaine. Loin, très loin, du dessert breton...

Le choix final de Google a été révélé cette semaine. Et il est dicté par la dure loi du marché. La firme a en effet signé un partenariat avec Nestlé pour lancer "Android KitKat", comme l'a dévoilé l'un de ses ingénieurs.

En contrepartie, Nestlé fera apparaître le fameux androïde, icône de la marque, sur ses barres chocolatées. Un concours permettra aux dévoreurs de KitKat de gagner des tablettes Nexus. Un échange de bons procédés, en somme.

Reste qu'il sera difficile d'effacer l'arrière-goût amer laissé par cette défaite de la gastronomie française. Sur Facebook, à peine plus d'un millier de personnes aiment la page "Android KitKat". Ils étaient 1.700 sur la page "Android Kouign Amann".

image lien netplusultra antenne
image lien netplusultra antenne © Radio France
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.