Cédric Villani
Cédric Villani © MaxPPP / SILVERE GERARD

Un mathématicien français est sur le point d'obtenir le Graal de sa discipline : la médaille Fields. Cet équivalent du prix nobel de mathématiques sera remis dans la nuit de mardi à mercredi, à Séoul en Corée du Sud, à l'occasion de la cérémonie d'ouverture du congrès international des mathématiciens.

A Séoul, le nom du Franco-Brésilien Artur Avila, directeur de recherche au CNRS, est sur toutes les lèvres. Agé de trente-cinq ans, il devrait très vraisemblablement être couronné. Avec lui, cinq autres français dont quatre femmes (Nalini Anantharaman, Emmanuel Breuillard, Sophie Morel, Laure Saint-Raymond et Sylvia Serfaty), font partie de la vingtaine de mathématiciens considérés comme médaillables. Cette présence tricolore n'est pas étonnante au regard du palmarès de la médaille Fields.

11 français sur 52 médaillés

Depuis la création de ce prix en 1936, onze des cinquante-deux lauréats sont français. La France est ainsi la deuxième nation la plus représentée après les Etats-Unis, qui comptent une médaille de plus. Ce prix, le plus prestigieux en mathématiques, est attribué tous les 4 ans, à des mathématiciens de moins de 40 ans. Il peut y avoir jusqu'à 4 lauréats par édition.

Gael Octavia, de la fondation Sciences mathématiques de Paris, explique cette excellence française en mathématiques __

L'école française de mathématiques est bonne dans tous les domaines

Lors de la précédente édition, en 2010, les français avaient une nouvelle fois brillé en glanant deux des quatre médailles grâce à Ngô Bao Châu et Cédric Villani.

video du 31 Décembre 2012

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.