Yann Chavance-Tara Exp 4.Le séchage d’un filet destiné à récolter le plancton, raison d’être de l’expédition Tara Oceans.jpg
Yann Chavance-Tara Exp 4.Le séchage d’un filet destiné à récolter le plancton, raison d’être de l’expédition Tara Oceans.jpg © Yann Chavance-Tara Expéditions

Cela paraît à peine croyable : un litre d'eau de mer contient plus d'un million de virus. Après trois ans de recherches, le catalogue quasi-complet a été publié. Et il donne le tournis.

Trois ans que les scientifiques travaillaient sur ce programme : TARA Océan, du nom de la goélette à voile qui a silloné les mers et océans du globe pour échantillonner le plancton. Il faudra encore pas mal d'années pour étudier les 35.000 échantillons récoltés en 210 endroits, mais la première salve de résultats fait aujourd'hui l'objet d'un numéro spécial de la prestigieuse revue Science. Les chercheurs montrent à quel point l'océan est mal connu, surtout à l'échelle microscopique.

Le plancton n'est pas seulement le repas des baleines, c'est aussi 50% de l'oxygène que nous respirons

Le plancton est composé de virus, de bactéries, d'algues ou de larves de poisson, autant d'organismes invisibles qui flottent au gré des courants. Le plancton n'a pas toujours besoin de lumière, ni d'oxygène, il lui arrive de faire le "yoyo" dans la mer en fonction du jour et de la nuit. C'est ce monde mystérieux qu'a exploré pendant trois ans le voilier Tara. Jusqu'à en faire un inventaire quasi exhaustif. Résultat : un million de virus ont été découverts pour chaque litre d'eau recueilli.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.