La première image du radiotéléscope SKA, en cours de construction en Afrique du Sud et en Australie, montre plus de 1300 galaxies dans l'univers éloigné.

L'emplacement du futur radiotéléscope SKA en Afrique du Sud
L'emplacement du futur radiotéléscope SKA en Afrique du Sud © Reuters / Mike Hutchings

La première image du radiotélescope géant SKA, en cours de construction en Afrique et en Australie, a révélé samedi un nombre de galaxies près de 20 fois supérieur à ce que l'on connaissait dans une partie reculée de l'univers.

"Dans une petite portion du ciel couvrant moins de 0,01% de la totalité de la sphère céleste, la première image (produite par 16 antennes du futur SKA installées en Afrique du Sud) montre plus de 1.300 galaxies dans l'univers éloigné, comparé aux 70 déjà connues à cet endroit", a annoncé SKA dans un communiqué.

Un téléscope capable de détecter des ondes à des années-lumières de la Terre

Un radiotéléscope détecte les ondes radioélectriques émises par les astres célestes. Le SKA, qui sera opérationnel d'ici les années 2020, doit devenir à terme le radiotélescope le plus puissant au monde. Il sera cent fois plus sensible que les actuels radiotélescopes les plus performants.

Composé de quelque 3.000 antennes, il sera capable de détecter des ondes radio d'objets à des millions, voire des milliards, d'années-lumière de la Terre. Les scientifiques espèrent qu'il pourra permettre d'apporter des réponses à des questions fondamentales sur l'univers, par exemple comment il s'est créé et pourquoi il est en expansion.

Un projet colossal porté par dix pays

Samedi, le SKA a dévoilé la première image obtenue par 16 antennes déjà opérationnelles en Afrique du Sud. Ces 16 antennes font partie d'un projet nommé "MeerKAT" qui doit compter 64 récepteurs dans la région sud-africaine aride et reculée du sud-ouest du pays, et qui sera intégré à terme dans le SKA."Compte tenu des résultats dévoilés aujourd'hui, nous sommes confiants qu'une fois les 64 antennes en place, MeerKAT sera le principal télescope au monde de ce type avant l'avènement du SKA", a déclaré dans un communiqué le professeur Justin Jonas, responsable technologique du SKA en Afrique.

La surface totale de tous les récepteurs combinés du SKA sera approximativement d'un kilomètre carré, d'où son nom de "Square Kilometer Array" (SKA). Dix pays participent au financement de ce colossal projet qui devrait coûter plusieurs milliards d'euros : l'Australie, le Royaume-Uni, le Canada, la Chine, l'Allemagne, l'Italie, les Pays-Bas, la Nouvelle-Zélande, l'Afrique du Sud et la Suède.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.