[ Chaque vendredi, le journaliste Nicolas Filio lève le voile sur les images fausses ou trompeuses circulant sur le web ]

__

Un impressionnant squelette de reptile serpente sur les réseaux sociaux. Plusieurs indices prouvent cependant qu'il ne s'agit pas du Titanoboa annoncé.

Oubliez l'anaconda et ses ridicules 6 mètres de long ! Ne ne nous parlez pas de Medusa, ce python réticulé qui détient - à un piteux 7,67 m - le record officiel du plus long serpent du monde. Elle ne pèse même pas 160 kilos !

Les réseaux sociaux ont trouvé leur cauchemar reptilien : le Titanoboa. Un vrai colosse, un monstre digne d'effroi. Il suffit de voir le succès que connaît cette photo d'un squelette géant descendant en volute vers le sol où se pose sa gueule immense et menaçante. « Le plus effrayant, c'est qu'il a réellement existé », dit la légende pour s'assurer que l'image vous empêchera de dormir.

La Titanoboa
La Titanoboa © Huang Yong Ping - 2012

Si l'angoisse ne vous a pas complètement paralysé et que vous cherchez la photo dans une version de meilleure qualité, vous pourrez alors voir un panneau, dans le fond, où s'affichent les lettres « APT », ainsi qu'un « 7 » qu'on distingue plus ou moins bien. Une rapide recherche permet de savoir qu'APT désigne l'Asia Pacific Triennal of Contemporary Art, un événement dédié à l'art contemporain de la zone Asie-Pacifique se déroulant tous les trois ans à Brisbane, en Australie.

Surprise ! Sur la page de l'APT, on trouve une autre vue de notre effrayant serpent. Il s'agit en réalité d'une œuvre en acier et aluminium de l'artiste franco-chinois Huang Yong Ping. Sa création, appelée « Ressort » et non « Titanoboa », était l'une des principales attractions de la 7e édition de cette triennale d'art contemporain. Si un véritable serpent avait enveloppé cette colonne vertébrale, il aurait mesuré quelque 53 mètres de long.

Il paraît assez improbable qu'une telle terreur rampante ait jamais existé. Mais le Titanoboa, lui, a bel et bien arpenté la surface de la terre. Dépassant la tonne, il affichait une longueur tout de même respectable : entre 13 et 15 mètres.

Un mangeur de crocodiles

On pouvait rencontrer ce serpent constricteur il y a 58 millions d'années. Mais cette bête titanesque n'a été redécouverte qu'en 2007, lors de fouilles dans la mine de charbon à ciel ouvert de Cerrejón, en Colombie. Après une première publication sur le site internet de la revue Nature en 2009, la réputation du Titanoboa a crû sous l'impulsion du vénérable Smithsonian, qui a fait créer une reproduction à taille réelle de ce "Serpent monstre" et lui a consacré un documentaire (dont une version française est visible sur Dailymotion). Ce programme, diffusé en 2012, a bénéficié d'une promotion de film d'action, non dénuée de moments d'égarement, comme cette vidéo où on se demande si le Titanoboa aurait pu avaler une Harley-Davidson.

Ce reptile géant était surtout un serpent aquatique, se nourrissant de tortues et de crocodiles presque aussi terrifiants que lui. Si les chercheurs trouvent un jour assez d'os pour reconstituer tout le squelette de ce Titanoboa, il est certain qu'ils ne l'exposeront pas comme descendant du ciel en spirale, comme dans l'œuvre - fortement inspirée du mythe des dragons - de Huang Yong Ping. En attendant, vous pouvez voir la massive et beaucoup moins aérienne reconstitution que le Smithsonian fait actuellement voyager dans les musées américains.

Vous pouvez me signaler les images fausses ou suspectes que vous voyez passer sur Internet cGFyIG1haWw= ou sur Twitter :

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.