Après le Solar Impulse de Bertrand Piccard, voici l'Energy Observer. Cette fois, nous ne sommes plus dans les airs, mais sur l'eau.

l'Energy Observer
l'Energy Observer © Kadeg Boucher

Les énergies du futur prennent le large. Le premier bateau autonome en énergie va être mis à l'eau au printemps. Il s'agit d'un maxi-catamaran de course qui a été transformé. Ce bateau sera propulsé par des énergies renouvelables et par de l'hydrogène. L'hydrogène, il ne l'emportera pas, il le fabriquera à partir d'eau de mer.

Au printemps, l'Energie Observer va partir pour un tour du monde. Son but : montrer que l'on peut se passer des carburants fossiles.

6 ans, 50 pays et 101 escales

Deux passionnés de la mer portent ce projet dont l’Unesco est partenaire. Victorien Erussard, un coureur au large officier de marine marchande, et Jérôme Delafosse, scaphandrier professionnel, auteur-réalisateur de documentaires.

Victorien Erussard raconte la naissance de ce projet, dans le plus grand secret, du côté de Saint Malo.

Le bateau sera un véritable laboratoire. Le but étant de tester ces technologies en milieu extrême pour pouvoir ensuite les adpater dans le "monde réel".

L'un des défis sera donc la production d'hydrogène.

Il n’y a pas une solution miracle pour lutter contre le réchauffement climatique : il y a des solutions, que nous devons apprendre à faire fonctionner entre elles. C’est ce que nous faisons avec Energy Observer : faire collaborer les énergies de la nature, mais aussi de notre société, en réunissant autour de ce bateau, les savoir-faire des entreprises, des laboratoires, des start-ups et des institutions.

Le bateau des records

Mis à l'eau en 1983 pour la course au large, ce bateau, outre qu'il était à l'époque le plus grand maxi-catamaran du monde, a été barré, entre autre par Mike Birch ou Peter Blake avec lequel il a remporté le Trophée Jules Vernes (le tour du monde à la voile le plus rapide réalisé en équipage, sans escale et sans assistance) en 1994.

Victorien Erussard et Jérôme Delafosse
Victorien Erussard et Jérôme Delafosse © AFP

Si la première idée de cette expédition est de montrer qu'un bateau peut faire le tour du monde grace aux énergies renouvelable, il y a une deuxième envie derrière ce voyage, comme l'explique Jérôme Delafosse

Autrefois, l’Homme explorait pour conquérir les territoires et s’en approprier les richesses. Avec Energy Observer, nous voulons explorer pour découvrir et partager les solutions pour un futur plus propre.

Pour aller + loin

► (Ré)écouter Les Savanturiers

Visitez le site d'Energy Observer

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.