Cyprien Verseux est sorti de la bulle Hi Seas IV, après un an de confinement pour simuler la vie sur Mars. Il était le seul Français sélectionné par la Nasa pour cette expérience.

Sortie de la bulle martienne pour l'équipe de HI SEAS IV
Sortie de la bulle martienne pour l'équipe de HI SEAS IV © HI SEAS IV

Dans la perspective d’une future mission martienne, l'Agence spatiale américaine avait choisi six volontaires. Trois hommes et trois femmes - ingénieurs, médecin, biologistes... - qui ont vécu pendant un an dans un dôme spécialement conçu pour l'occasion et installé sur le flanc d'un volcan de Hawaï, dans le Pacifique.

Cyprien Verseaux est doctorant en astrobiologie, formé à Sup'Biotech.

Après un an de confinement, les choses les plus simples, lui sont apparues très étranges :

Etre à l'air libre , manger de la nourriture fraîche, entrer dans un magasin, marcher dans la rue...me semble être une expérience surréaliste.

La Nasa a surtout essayé de tester la résistance psychologique du groupe sélectionné face à ce type d'épreuve.

Le jeune chercheur est ressorti finalement étonné de voir qu'il était capable de supporter la vie en petit groupe sans jamais respirer l'air libre.

Avant de s'installer dans cet habitacle confiné de 120 mètres carrés, il déclarait :

C'est une aventure. Le premier but est de savoir si un équipage peut rester performant et sain d'esprit pendant tout ce temps. Je pars avec un chapeau de cowboy comme objet personnel, car mon surnom est Dusty, un nom de cowboy. Je n'emmène que quelques livres papier et une tablette pour en télécharger d'autres. Je dois aussi télécharger des méthodes d'apprentissage pour apprendre l'harmonica et le ukulélé.

Sur les flancs rouges du Mauna Loa, à HawaÏ, Cyprien a donc habité cette bulle, coupé de tout ou presque. Il a pu envoyer des mails, mais, à chaque fois, il a dû attendre un minimum de quarante minutes pour recevoir une réponse, le temps d'une communication Terre-Mars. Son internet était complètement filtré et coupé du monde, à part ces quelques échanges avec la Nasa.

Extrait
Extrait © Infographie Ionis Education Group et SUP Biotech

Sur son blog, on a pu suivre sa vie de chercheur reclus. Par exemple, Noël 2015… un sapin, un gâteau ? Comment faire ?(Il le dit sur son blog).

Cyprien a été le cobaye de ses propres recherches, celles qu'ils menait jusque-là en laboratoire pour l'agence spatiale italienne et la Nasa. Il a travaillé sur les possibilités de faire des cultures avec rien, ou presque, comme s’il était sur Mars.

Je travaille sur comment produire ce dont on aurait besoin pour survivre sur place et faire de la recherche scientifique pendant plusieurs mois. Utilisons le sol et l'atmosphère de Mars pour produire tout cela grâce à des bactéries vertes. (Itw avec Sophie Bécherel).

Quelques jours avant de quitter l'expérience, Cyprien Verseux disait à Daniel Fiévet, sur France Inter :

Nous avons fait beaucoup de sorties extra véhiculaires en combinaison, on étudie des tunnels de lave ; on fait du sport, sans sport on deviendrait fou. J'apprends le ukulélé car c'est petit et compact, et ensuite parce que quand vous le sortez personne n'a d'attente ce qui est parfait pour quelqu'un comme moi qui n'ai aucun talent musical.

La mission HI SEAS IV
La mission HI SEAS IV © Visactu