Chaque année, la cérémonie des Ig-Nobel récompense les recherches les plus loufoques et improbables. Le but : divertir mais faire réfléchir sur des sujets scientifiques.

L'étude récompensée, menée sur des groupes de postiers et de chauffeurs de bus, a montré que le testicule gauche était légèrement plus chaud que le droit.
L'étude récompensée, menée sur des groupes de postiers et de chauffeurs de bus, a montré que le testicule gauche était légèrement plus chaud que le droit. © Getty / John Shepherd

Le but - si ce n'est la vertu - des Ig-Nobel : faire rire puis réfléchir sur des sujets à l'intitulé hautement improbable. La cérémonie qui s'est tenue dans la nuit de jeudi à vendredi à l'université de Harvard (Massachusetts) mêle chaque année sketches, musique, blagues potaches et présentation des lauréats en moins d'une minute. Si toutefois, l'heureux lauréat dépasse son temps de parole, alors Miss Winnie Poo, une petite fille de 8 ans, s'approche du pupitre, criant à tue tête sans discontinuer : "arrêtez s'il vous plaît, je m'ennuie". 

Au menu de la cuvée 2019, deux Français couronnés du prix Ig-Nobel d'anatomie (une catégorie qui diffère de l'Ig-Nobel de médecine) pour leur travaux sur l’asymétrie de température des testicules chez les postiers. On doit cette recherche publiée en 2007 dans la revue Human Reproduction à Roger Mieusset et Bourras Bengoudifa qui travaillent au groupe de recherche en fertilité humaine à l'Université Paul Sabatier de Toulouse (Hopital Paule de Viguier), "une structure de taille modeste, néanmoins très dynamique et qui travaille sur des thématiques de recherche en reproduction humaine extrêmement pertinentes en terme de santé publique", selon l'évaluation qu'en a faite le Haut Conseil de l'Évaluation de la Recherche et de l'Enseignement Supérieur (HCERES) en 2014. 

Slip chauffant

Roger Mieusset n'est autre que l'inventeur du slip chauffant. Ce moyen de contraception masculine qu'il a développé depuis les années 1980 et dont le mérite est de ne pas impacter tout le corps ni la vie sexuelle du patient, s'appuie sur une constatation ancienne : la température des bourses détermine la production de spermatozoïdes et donc la fertilité de l'homme. Des bandes de tissus cousus sur le slip permettent de remonter les testicules à l'intérieur du corps et de les garder "au chaud". En passant de 34° à 36°, la température du scrotum garantit un seuil d'infertilité.  

Absents lors de la remise de leur prix - un affreux trophée fait de bouts de plastiques dont une brosse à dent -, les deux scientifiques français ont été "représentés" par un postier en short encombré d'un gros colis, idéal pour alimenter quelques jeux de mots cocasses. Car c'est en effet sur 3 groupes de 20 à 52 ans (hommes habillés puis nus, chauffeurs de bus et postiers) que l'expérience a été menée en 2007.

Dans le premier groupe, le thermomètre a permis de faire la différence entre 4 positions : jambes écartées, jambes croisées, allongés et debout et successivement habillés puis nus. La même expérience a été menée avec un petit groupe de postiers (qui alternent marche et position debout ) et des chauffeurs de bus (qui alternent marche et position assise longue). Résultat : dans tous les groupes, une très légère asymétrie de 0,03° entre le testicule gauche et le droit, le gauche étant plus chaud que le droit !

Un sujet essentiel pour la recherche

Pour Roger Mieusset, "c'est agréable de voir nos travaux récompensés car à l'époque, ils ont été souvent cités et ont donné lieu à d'autres travaux". Maître de conférence et praticien hospitalier, l'andrologue est l'un des rares à poursuivre des recherches sur ce sujet essentiel. En effet, le problème de température, outre qu'il impacte la fertilité masculine (des Allemands ont d'ailleurs développé un système de refroidissement des bourses à des fins médicales) est peut-être impliqué dans le cancer des testicules. C'est un volet qui doit encore être exploré, conclue le Dr Mieusset.

Le prix Ig-Nobel de médecine a, lui, été attribué à l'équipe de Slivano Gallus pour avoir montré que la consommation de pizza italienne en Italie réduit le risque de développer un cancer digestif et un infarctus.

Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.