À l'occasion de la Journée de la Terre, un collectif de scientifiques proposer de marcher ce 22 avril pour défendre le monde scientifique contre des attaques répétées.

L'institut de recherche sur les maladies genetiques Imagine
L'institut de recherche sur les maladies genetiques Imagine © Maxppp / Bruno Levesque

C'est l'élection de Donald Trump et ses premières mesures (contrôle des crédits fédéraux attribués aux programmes de recherche, nomination d'un climatosceptique à la tête de l'Agence pour la protection de l'environnement...) qui a poussé les chercheurs américains à se mobiliser et à faire part de leur inquiétude. Plusieurs autres pays se sont joints au mouvement, notamment les scientifiques fraçais : d'abord en publiant une tribune dans Le Monde, puis en rejoignant la marche mondiale ce samedi.

Côté américain, on assure que la marche "n'est pas politique et ne cible pas des responsables gouvernementaux en particulier", selon Rush Holt, président de l'Association américaine pour l’avancement de la science (qui publie la prestigieuse revue Science). Il s'inquiète plus largement d'un certain mépris des faits (scientifiques notamment) au profit des croyances.

Les scientifiques se rendent compte depuis ces dernières années que les faits scientifiques sont trop souvent ignorés dans les débats publics pour être remplacés par des opinions et des croyances idéologiques.

En France, on fait même le parallèle entre ce que subissent les journalistes de la part du nouveau président américain (entre autres), comme l'explique la tribune des chercheurs français : "les scientifiques comme les journalistes utilisent une méthode basée sur la collecte, la vérification et l’analyse des faits. Impossible pour eux de souscrire à la fabrication pure et simple et à l’utilisation de pseudo-faits et de « post-vérités » pour donner crédit à des positions idéologiques." Un positionnement qui les rend gênants pour une vision idéologique du monde.

En France, des marches sont organisées dans 22 villes, comme Paris, Lyon, Brest, Marseille, Clermont-Ferrand ou Saint-Denis (La Réunion)...

► PRATIQUE | La liste complète des villes concernées

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.