Le psychiatre Stéphane Clerget a inventé le concept de "vampire psychique". Il nous apprend que, certainement, nous en connaissons tous sans forcément nous en rendre compte... Il nous apprend aussi que nous l'avons tous été au moins une fois. Témoignages de victimes.

Qui sont les vampires psychiques ? Où les trouve-t-on ?
Qui sont les vampires psychiques ? Où les trouve-t-on ? © Getty / Achtelik/Drentwett

C'est un sentiment qui vous est peut-être familier : celui d'être complètement vidé, sans énergie après avoir passé un moment avec un collaborateur d'entreprise ou en compagnie d'un proche. Il se peut que cette personne soit ce qu'on appelle "un vampire psychique".

Le terme a été inventé par le psychiatre Stéphane Clerget. Invité au micro de Mathieu Vidard pour décrire les symptômes, le psychiatre nous apprend que, certainement, nous connaissons tous des vampires psychiques (il nous donne des conseils pour les repérer et s'en protéger)... Il nous apprend aussi que nous avons tous été des vampires psychiques au moins une fois... et que nous le sommes peut-être encore aujourd'hui

Être un vampire psychique, c'est dans la nature de chacun… 

Nous avons tous été des vampires psychiques, dans notre enfance... Les nouveaux nés sont des vampires, par définition. Ensuite, ils s'autonomisent et apprennent à pouvoir donner autant qu'ils reçoivent. 

"On a tous par moments des périodes où on a besoin de se nourrir des autres parce qu'on ne peut pas se ressourcer par soi-même" souligne le psychiatre "On devient vampire à partir du moment où on se contente de recevoir d'autrui l'écoute, l'attention, l'énergie, la force de travail et qu'on ne donne jamais".

Où trouve-t-on les vampires autours de nous ? 

Partout. Voici quelques témoignages d'auditeurs qui ont témoigné de leur expérience dans La Tête au carré...

  • Les collègues

Stéphane : "Un collègue de travail qui voulait tout savoir de ma vie et avait tendance à dénigrer toutes les autres personnes qui circulaient autour de moi. Il fallait toujours lui apporter de l'aide, du réconfort, du soutien et de l'écoute mais peu ou pas de retour de sa part". 

Katia : "quand je rentrais de mon travail, j'étais vidée, épuisée. Je croyais que c'était dû à une surcharge, mais quand mon supérieur a été muté, j'ai réalisé que mon N+1 m'avait vidée de mon énergie avec ses demandes impossibles".

  • Les amis

On peut rester une demi-heure au téléphone et s'apercevoir que c'est toujours l'autre qui parle ! Et nous on a l'impression d'être aspiré...

Stéphane Clerget commente : "Le vampirisme entre amis, notamment à l'adolescence, n'est pas rare du tout ! Il est peut-être même plus présent entre filles, où les relations sont particulièrement intenses sur le plan affectif".

  • Les frères et sœurs 

Nathalie témoigne de son expérience : "Depuis toute petite, je suis sous la domination de ma grande sœur ; j'ai pratiquement élevé ses enfants avant comme après son divorce. Et dès que j'avais un petit copain, elle réussissait à me faire rompre pour que je reste à son service…"

  • Les parents

Damien : "Bien sûr, elle est ma mère et mon devoir est de m'occuper d'elle. Pourtant, elle n'a jamais été tendre avec moi, même quand j'étais enfant. Aujourd'hui je n'en fais jamais assez pour elle et si j'en crois ses reproches incessants".

  • Les enfants

Sabine : "Un enfant qui souffre d'addiction est aussi un véritable vampire, quelque soit son âge ou son addiction. Un de mes enfants est venu revivre chez moi, il a bientôt 40 ans et je ne peux rien faire pour lui . Je me sens vidée... C'est son état alcoolique qui fixe mon humeur et dicte mon état mental"

Catherine : "Je suis consciente depuis peu d'être vampirisée par ma fille aînée et par mon gendre. Ils prennent beaucoup mais ne donnent jamais en retour. J'ai décidé de m'éloigner d'eux géographiquement et moralement"

Stéphane Clerget commente : "Les parents, ça leur paraît normal de s'occuper de leurs jeunes enfants et ils se laissent prendre au jeu... Les enfants grandissent, deviennent adultes et continuent. Et les parents sont bercés par cette illusion, comme si le monde n'avait pas changé jusqu'à ce qu'on se rende compte que ce n'est pas normal, que ce n'est pas dans l'ordre des choses. À un moment, c'est bien que les enfants devenus adultes se préoccupent des parents. Mais vous allez voir qu'ils vont la traiter d'ingrate et s'éloigner d'elle, dans un premier temps !"

  • Le couple

Sylvie : "Je vis avec un vampire psychique. Je me suis occupée énormément de mon compagnon qui a eu un cancer, il est maintenant guéri mais il continue à se considérer comme malade et de me solliciter au point de ne pas reconnaître que c'est moi, maintenant, qui le suis (malade)".

Sébastien : "Je pense avoir vampirisé ma femme durant dix ans et l'avoir entraînée avec moi dans ma dépression malgré moi. Elle m'a dit d'ailleurs en avoir beaucoup souffert".

Aller plus loin

Chaque jour de la semaine, du lundi au vendredi à 14h, retrouvez Mathieu Vidard dans La Tête au carré, l'émission scientifique de France Inter

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.