L'histoire d'amour entre les moustiques femelles et notre peau dépend de nombreux facteurs : l'odeur de la peau, sa surface, mais aussi notre état de santé.

Moustique femelle "Culex pipiens" répandu en France métropolitaine
Moustique femelle "Culex pipiens" répandu en France métropolitaine © Jean Baptiste Ferré/EID Méditerranée

"J'ai une peau à moustique", entend-on souvent dire, surtout l'été. Et c'est un fait : les moustiques femelles n'attaquent pas tout le monde de la même façon. Pour se nourrir, les quelques 3500 espèces de moustiques répertoriés vont se diriger vers les individus les plus attirants.

Les capacités olfactives des moustiques leur permettent en effet de repérer une odeur de dioxyde de carbone, ce que l'Homme dégage en respirant, à près de 30 mètres de distance. Une odeur qui attire les moustiques. Et plus l'on en expire, plus l'on devient un met de choix pour ces insectes.

"Les femmes enceintes attirent plus certaines espèces de moustiques"

Comment savoir si l'on expire plus de CO2 que son voisin ? Jean-Baptiste Ferré, entomologiste à l'Entente interdépartementale pour la démoustication du littoral méditerranéen, définit trois catégories de personnes : "Si on a fait du sport, si on est malade ou si on est une personne enceinte, on va dégager un peu plus de C02. Il y a eu des études qui ont été faites, notamment en Afrique, et qui ont démontré qu'effectivement, les femmes enceintes attiraient plus certaines espèces de moustiques."

Qu'en est-il de la peau sucrée, de notre alimentation ou de notre groupe sanguin ? Ces explications popularisées ne sont pas prouvées aujourd'hui. En revanche, Jean-Baptiste Ferré confirme que les moustiques vont différencier les personnes en fonction des bactéries qui peuplent leur haleine et la surface de leur peau : "Ces bactéries vont dégager des cocktails de molécules et il semblerait qu'il y en ait certains qui soient plus attirants que d'autre."

Les recherches sur le sujet sont toujours en cours, notamment pour déterminer s'il existe un facteur génétique ou environnemental qui influencerait l'attirance des moustiques pour certaines personnes plutôt que d'autres. "Il y a une étude qui est réalisée en ce moment en France et en Angleterre pour essayer de déterminer s'il y a un vrai prédéterminisme génétique, explique le spécialiste, qui pourrait permettre de mieux comprendre pourquoi certaines personnes vont être plus ou moins piquées par les moustiques."

En attendant, pour se prémunir des piqûres de moustique sans s'asperger de produits, il faut choisir de s'habiller avec des couleurs claires et des vêtements qui laissent respirer la peau, car les moustiques affectionnent la chaleur et l'humidité. Ou mieux encore, trouvez une personne qui attire davantage les moustiques que vous et restez dans son voisinage.

Mots-clés :
Articles liés
Sciences
Le mil, céréale d'avenir
19 septembre 2017
Sciences
Cassini : « La Nasa m’a tuer »
15 septembre 2017
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.