Les analyses de la sonde américaine Cassini montrent que la lune Encelade regroupe presque toutes les conditions propices à la vie microbienne sous l'eau.

La surface glacée d'Encelade, immortalisée en 2006 par la sonde Cassini
La surface glacée d'Encelade, immortalisée en 2006 par la sonde Cassini © AFP / HO

"Ces résultats prouvent (...) que les différentes études menées par la NASA nous rapprochent du moment où nous pourrons répondre à la question de savoir si nous sommes seuls ou non dans l'univers" : jeudi, le responsable adjoint des missions scientifiques de la NASA, Thomas Zurbuchen, s'est montré optimiste à l'annonce des nouveaux résultats des analyses de la sonde Cassini, en orbite autour de Saturne depuis 2004 - et dont la mission prendra bientôt fin.

Celle-ci a détecté des molécules d'hydrogène dans un panache de vapeur qui émanait d'une fissure dans l'épaisse couche de glace qui recouvre toute la surface d'Encelade, l'une des nombreuses lunes de la planète aux anneaux. La découverte remonte à octobre 2015, quand la sonde s'est approchée d'Encelade pour traverser un geyser présent à son pôle sud et y collecter des informations sur la composition de ce dernier.

Source d'énergie pour les microbes ?

Ces découvertes permettent d'en savoir plus sur Encelade, dont les scientifiques savaient déjà que la couche glacée recouvrait en réalité un immense océan : la vapeur contient jusqu'à 1,4% d'hydrogène et du dioxyde de carbone, deux ingrédients essentiels pour la méthanogénèse, la réaction chimique qui permet, sur Terre, aux microbes de vivres dans les profondeurs des océans, là où les rayons du Soleil ne percent pas.

Autrement dit, "bien que nous n'ayons pas détecté la vie, nous avons trouvé une source d'alimentation de la vie", comme l'explique le chercher Hunter Waite. Et cette source est riche en énergie : les recherches ont permis de déterminer que l'océan souterrain d'Encelade produit en énergie calorique l'équivalent de 300 pizzas par jour... soit largement assez pour entretenir une vie microbienne sur la planète.

Un modèle similaire sur la lune Europe ?

En somme, les données de Cassini montrent qu'Encelade possède presque tous les ingrédients nécessaires pour habiter sur une planète :

  • De l'eau liquide
  • Une source d'énergie
  • Des ingrédients chimiques (carbone, hydrogène, azote, oxygène, phosphore, soufre)

Plus intéressant encore, Encelade, qui est une petite lune, pourrait servir de guide pour l'exploration d'Europe, l'une des principales lunes de Saturne : en 2016, des scientifiques ont observé avec le téléscope Hubble ce qui ressemblait également à un geyser sur cette lune, qui comme sa petite soeur est composée d'un océan caché sous une épaisse couche de glace. Or, dans les années 2020, la Nasa a prévu une mission, nommée Clipper, qui consistera justement en une exploration d'Europe.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.