L'agence Santé Publique France publie, ce mardi 27 novembre, une étude sur la séropositivité en France. Alors que le nombre de cas diminue chez les 24-49 ans, depuis dix ans, il augmente sensiblement chez les plus de 50 ans.

Lors de la journée mondiale de lutte contre le sida, le 1er décembre, des stands de dépistage seront installés un peu partout en France.
Lors de la journée mondiale de lutte contre le sida, le 1er décembre, des stands de dépistage seront installés un peu partout en France. © Maxppp / Aurelien MORISSARD

C'est l'un des enseignements majeurs de l'enquête publiée, ce mardi 27 novembre, par Santé Publique France sur la séropositivité en France : de plus en plus de seniors sont concernés par le VIH, le virus responsable du sida. Ils représentent 20% de l'ensemble des découvertes, chaque année.

Entre 2008 et 2016, le nombre de diagnostics du VIH est passé de 1 041 à 1268 chez les plus de 50 ans, soit une hausse de 22%. Dans le même temps, le nombre de cas diminue chez les 24-49. Il a baissé de 14% sur les dix dernières années.

Des chiffres qui témoignent d'une prise de risque

Chez les seniors, le rapport de Santé Publique France révèle qu'il y a une proportion plus importante d'hétérosexuels que dans une tranche d'âge plus jeune. Ce sont majoritairement des hommes, qui ont changé de vie et ne se protègent pas. L'enquête témoigne "d'une prise de risque" dans les rapports sexuels, chez les populations les plus âgées.

"Il y a un certain relâchement, arrivé à un certain âge, reconnait Francis Carrier, fondateur de l'association Grey Pride. Inconsciemment ou non, on se dit : 'Maintenant, qu'est ce qu'il peut m'arriver ?' Et donc, forcément, on est moins vigilant." 

"Les vieux ne jouent pas qu'au scrabble, ils ont une vie sexuelle", Francis Carier

Pour Francis Carier, le fond du problème reste "les représentations que nous avons de la sexualité des seniors." S'il a créé l'association Grey Pride, c'est justement pour briser le tabou. "Les vieux ne jouent pas qu'au scrabble, ils ont d'autres jeux, ils ont une vie sexuelle, mais la sexualité des seniors est indicible, immontrable, regrette-t-il. Comment en parler naturellement avec son médecin ? Car le médecin lui-même a des représentations telles de la sexualité qu'il n'évoque pas ce sujet. C'est pour cette raison que la période de tests est très tardive et que l'on trouve des seniors avec un sida à un stade avancé." 

L'enquête de Santé Publique France pointe du doigt, en effet, "un niveau de dépistage insuffisant chez les seniors". Elle recommande donc "que les actions de prévention incluent" davantage "cette population".

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.